Après Blog Service

Après Blog Service

13 461 nouveaux logements étudiants à la rentrée 2010

Selon nos informations exclusives, Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur, devrait annoncer lundi la livraison de 13 461 nouvelles chambres pour étudiants à la rentrée 2010. Et 28 nouvelles résidences devraient être ouvertes. Pour 2010, cela représente un investissement de 100 millions d'euros.

C'est la première fois que les objectifs du plan de développement de logements étudiants adopté en 2004 sont totalement respectés. Devant le constat des difficultés croissantes des étudiants à se loger, le plan prévoyait 7 000 réhabilitations et 5 000 constructions par an pendant dix ans. Pour l'année universitaire 2010-2011, les étudiants pourront bénéficier de 8 523 réhabilitations et de 4 938 constructions, ce qui représente un total de 13 461 chambres supplémentaires.

L'objectif du plan de 2004 est de disposer de 220 000 chambres en 2014, soit la capacité de couvrir les besoins de 10% des étudiants, notamment les plus défavorisés d'entre eux. Aujourd'hui, les centres régionaux des œuvres universitaires et sociales (CROUS) ne peuvent offrir que 161 000 logements.

De fait, le démarrage du plan fut laborieux : l'Etat n'a pas assez investi d'argent et s'est trouvé confronté à des difficultés de tous ordres (problèmes de terrains, de financement…). Depuis, le rythme s'est accéléré, et ce sont 44 000 chambres qui auront été livrées sur les quatre dernières années.

"STUDIOS"

La crise du logement étudiant est récurrent depuis plusieurs années. Explosion du nombre d'étudiants depuis les années 1990, crise générale du logement, augmentation des loyers… sont autant d'éléments qui expliquent le phénomène. La lenteur de réaction de l'Etat et l'insuffisance du parc public ne permettent pas, actuellement, de répondre correctement à ce problème.

Attention, cependant, à ne pas dramatiser, avertit Olivier Galland, directeur de recherche au CNRS, sociologue spécialiste des questions de jeunesse. "On exagère un peu, dit-il, car les étudiants sont moins défavorisés que les autres jeunes : ils bénéficient d'une palette de ressources et de solutions pour accéder à une autonomie plus large que les autres."

Toute relative qu'elle soit, la pression existe bel et bien, notamment en Ile-de-France. Les logements nouveaux devraient la relâcher un peu. Reste que, souligne Claire Guichet, présidente de la FAGE, "ce qui est construit, ce sont des studios et non de simples chambres comme avant. Les tarifs publics se rapprochent donc du privé, dépassant 400 euros pour un tiers d'entre eux. Insidieusement, on change de public. Valérie Pécresse dit qu'il faut de tout. Elle oublie juste que nous vivons une situation de pénurie et qu'il est donc prématuré de diversifier l'offre".



27/08/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres