Après Blog Service

Après Blog Service

Congrès de la jeunesse kanak: le temps de la réflexion

Dim 06 Jui 2010 |15:00 , Les Nouvelles Calédoniennes


Le premier congrès de la jeunesse kanak, organisé par le Sénat coutumier, jeudi et vendredi à la tribu de Bangou, à Païta, s’est achevé par la synthèse des sujets abordés au cours de ces deux journées.

Une demi-journée, jeudi, était consacrée à des ateliers traitant des principaux problèmes que rencontrent les jeunes Kanak, tels que l’identité, la culture et la citoyenneté, ou encore l’éducation et l’enseignement, ainsi que la formation et le développement… Hier matin, les questions qu’ils ont posées aux coutumiers ont été légion et sans concession. « Ils nous ont parfois égratignés, a reconnu Clément Grochain, président de la commission éducation et formation au Sénat coutumier. Mais le but de ce congrès était bien de les laisser s’exprimer et, autant que faire se peut, de répondre à leurs questions. »
Des questions qui ont souvent souligné un « mal-être, dû à une perte de repères ». Et la synthèse rendue par les jeunes des huit aires coutumières en fait foi. Si tous se sont félicités de la tenue de ce congrès « nécessaire », certains ont toutefois regretté le manque de temps pour pouvoir approfondir les sujets abordés.

Que la coutume soit modernisée, en passant en particulier de l’oral à l’écrit.

Quant à leurs attentes, elles se recoupent souvent. Beaucoup ont évoqué la difficulté de parler aux coutumiers au sein de la tribu, de l’aire. Le jeune rapporteur de l’aire Iaaï (Ouvéa) a ainsi souhaité que soit « favorisé l’échange entre les vieux et les jeunes », et que la coutume soit « modernisée, en passant en particulier de l’oral à l’écrit ».
Une jeune femme de l’aire Ajié Aro a souligné que beaucoup de problèmes sont liés à la tribu, avouant : « J’ai appris au cours de ce congrès comment fonctionne la hiérarchie coutumière, en partant du chef de clan pour arriver jusqu’au Sénat coutumier. »
Manque d’information dans les tribus concernant la formation, mise en place d’études du soir encadrées par les bacheliers pour les mettre en valeur, création de maisons de jeunes dans les tribus, ou de quartier dans le Grand Nouméa pour que les jeunes apprennent à se connaître… autant de sujets qui sont revenus fréquemment dans les propos des jeunes présents à Bangou.
Et dans toutes les aires, chacun s’est engagé à créer un conseil des jeunes. D’une part, pour faire remonter aux jeunes restés chez eux les informations recueillies au cours de ce congrès. D’autre part, pour engager une réflexion approfondie sur les sujets qui leur posent problème. Ils ont enfin demandé aux sénateurs coutumiers qu’un prochain congrès soit tenu, à une date à fixer, pour évaluer l’avancée de leurs travaux. « Il est prévu que l’an prochain se tiennent des congrès dans chaque aire coutumière, et dans deux ans sera organisé un nouveau congrès à l’échelle du pays », a confirmé Clément Grochain.




07/06/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres