Après Blog Service

Après Blog Service

"Des efforts pour les retraites, mais pour tout le monde !"


LEMONDE.FR | 07.09.10 | 07h54  •  Mis à jour le 07.09.10 | 09h57

Manifester, "car cette réforme n'a rien d'inévitable"

Interrogés sur les raisons qui les poussent à protester contre la réformes des retraites, des internautes du Monde.fr expliquent qu'ils considèrent que cette réforme les pénalisera, tout en épargnant beaucoup d'autres. D'autres au contraire ne descendront pas dans la rue, estimant ce mode d'action inefficace.

  • 51 ans, pas de rolex et besoin d'une retraite par Marie-Laure M.

Bien sûr que j'irai manifester. Je travaille depuis l'âge de 20 ans, j'ai été salariée du public, du privé et travailleur indépendant. Aucune de mes cotisations complémentaires ne me sera utile : les polypensionnés, souvent précaires ou à temps partiel, payent des cotisations dont ils ne bénéficieront pas – la solidarité à l'envers – et ne peuvent racheter de trimestres à un prix décent quand ils ont un boulot un peu plus stable.

Si je suis en bonne santé, je vais devoir travailler au-delà de 65 ans avec comme seule perspective le minimum vieillesse. Si j'ai des problèmes de santé, je n'ai plus rien. Merci les rentiers et les stables.

  • En grève pour le retrait du projet de loi ! par Axel P.

Je serai en grève le 7 septembre pour obtenir le retrait du projet de loi parce qu'il est pire que le statu quo. Le recul de l'âge du départ en retraite et l'augmentation des annuités nécessaires (en ces temps où le chômage, la précarité et les bas salaires battent des records) auront deux conséquences : la baisse de nos pensions et la réduction de notre temps libre après une vie passée au travail.

Cette réforme n'a rien "d'inévitable" ! Nous n'avons jamais produit autant de richesses, de profits qu'aujourd'hui et pourtant, les patrons veulent nous priver de 2 ans de nos retraites ! Hors de question d'accepter ça. Si au soir du 7 septembre, le gouvernement n'a pas retiré son projet de loi, je suis déterminé à aller plus loin, vers la grève reconductible qui se généralise à tout le pays.

  • J'irai faire grève car cette reforme est injuste par Etienne L.

Je suis d'accord sur le pronostic concernant la viabilité du système de retraite. Je suis prêt a cotiser quelques années supplémentaires pour financer ce système. Mais je juge inadmissible que l'Etat ne cherche pas avant tout des ressources fiscales avant de pénaliser les salariés :

- Quid des entreprises qui utilisent les intéressement et autres primes salariales pour augmenter leurs salariés, évitant ainsi de cotiser aux retraites ?
- Quid du bouclier fiscal qui protège les plus fortunés de tout effort supplémentaire ?
- Quid de la retraite de nos chers députés, visiblement non réformable ?
- Quid des inégalités d'une société où les écarts de revenus se creusent jusque à atteindre plusieurs centaines de fois le smic!

  • Né en 52, les réformes ne m'ont pas épargné par Bernard M.

Né en 1952, les réformes successives ne m'ont pas épargné, que ce soit celle de Balladur en 1993 (2,5 années de plus alors que ce devait être la solution pour endiguer les départs des générations du baby-boom) ou celle de Fillon en 2003 (une année supplémentaire, afin de surseoir aux problèmes de financement des caisses jusqu'en 2020). Et maintenant celle de Woerth, avec 8 mois en prime.

  • Pour la première fois dans la rue par Arlette P.

J'irai manifester pour la première fois car avec la réforme, j'aurai 16 mois à faire en plus. Alors qu'à 60 ans en décembre 2014, j'avais largement le nombre de trimestres pour partir (172 trimestres validés pour 165 nécessaires). Avec la réforme, j'arriverai à 188 trimestres pour rien de plus et le même indice pendant 8 ans (je suis fonctionnaire de catégorie C).

  • Une indignation collective par Jocelyne M.

Je ne sais s'il est possible de faire reculer le gouvernement, mais il faut le tenter et ne pas se priver d'une indignation collective ! La réforme est nécessaire, personne ne dit le contraire. Ce sont ses modalités qui posent problème. Manque de dialogue social, de contre-propositions. Et ce sont encore les mêmes qui seront mis à contribution. Quid des retraites des ministres, des parlementaires ? Quid de la taxation de l'argent, des très très très hauts revenus ? Où est la solidarité nationale et collective, dans tout cela ?

  • Handicapé, je ne peux me joindre à cette journée, mais l'approuve en tous points par Jean-Paul J.

Je pense, avec la CGT, que la seule limite d'âge acceptable pour la retraite est de 60 ans. Ce point n'est absolument pas négociable. Que les salariés dont la santé leur permet de continuer le fassent, je ne suis pas contre, mais pas après 65 ans. Quand on a travaillé durant 40 années, il est temps de prendre du repos et de profiter des loisirs qui nous sont offerts.

  • Pour une négociation sincère et réelle par Gérard B.

D'accord pour une retraite plus tardive, mais pas d'accord pour les lois TEPA [loi en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat adoptée en août 2007, aussi appelée "paquet fiscal"], la TVA "restaurateur" [le 1er juillet 2009, le taux de la TVA dans la restauration est passé de 19,6 % à 5,5 %]. Pour résumer, des efforts, mais pour tout le monde, et si possible proportionnés aux capacités de chacun. J'irai donc manifester car je ne supporte pas la méthode choisie pour faire passer cette réforme : passage en force, absence totale de discussion et répartition de l'effort, propagande éhontée et mensongère pour vendre un projet inégalitaire.


"Une démonstration de force ne résoudra pas le problème"
  • Je n'irai pas ! par Julie M.

Il faudrait peut être admettre que notre espérance de vie a augmenté et que de ce fait, le temps de travail devrait aussi être revu. Nous semblons oublier que nous travaillons chaque jour moins qu'il y a quelques années. Le Français dans son ensemble rêve de loisir, de RTT !

C'est tout à fait normal, mais il faut tout de même une contrepartie. Nous ne voulons pas toucher au système par répartition. Mais alors, quoi faire ? Taper sur la classe moyenne et re-favoriser les plus démunis ? Non, on se penche toujours sur cette classe qui ne paye pas d'impôt et qui bénéficie de toutes les aides sociales. Faire une démonstration de force en défilant ne résoudra pas le problème.

  • Et les jeunes ? par Maurice

Je serai à la retraite dans 17 ou 18 ans. D'ici là, beaucoup de choses peuvent se passer, en bien ou en mal. Tout cela est en tout cas encore assez lointain et je commence à trouver que cette polarisation sur la question des retraites est bien commode pour masquer un certain nombre de problèmes qui me semblent plus importants aujourd'hui. A commencer par celui du niveau très élevé du chômage des jeunes dont on parle bien peu actuellement. Mais il est vrai que sur ce point, gouvernement et syndicats n'ont pas grand chose à proposer.



07/09/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres