Après Blog Service

Après Blog Service

En panne de touristes

 


Le Vanuatu est en panne de touristes. Une chute de fréquentation qui flirte avec les moins 25 %. En cause, Fidji qui chasse sur le même terrain et les menaces de tsunami qui flottent sur l’Océanie.

Une nouvelle campagne de pub a été lancée par l’office de Tourisme du Vanuatu en début d’année. Diffusée dans les pays voisins, il semblerait qu’elle n’ait pas eu l’effet escompté. Les résultats ne sont pas à la hauteur des espoirs de l’office du Tourisme et des entrepreneurs installés au Vanuatu.
La fréquentation touristique est en chute libre et accuse 25 % de moins pour les trois premiers mois de l’année 2011 par rapport au bilan de l’année précédente. 

Catastrophes. Il semblerait que les catastrophes naturelles qui ont récemment touché l’Australie ou la Nouvelle-
Zélande mais aussi les alertes au tsunami à répétition aient quelque peu refroidi les touristes européens ou américains.
Mais c’est aussi la cherté des offres touristiques qui amènent les touristes étrangers à choisir Fidji plutôt que le Vanuatu. Port-Vila voit clairement diminuer le nombre de visiteurs, alors qu’il apparaît que le flux reste stable lorsqu’il s’agit de destinations telles que Fidji ou encore de l’Indonésie. Ainsi, pour exemple, en 2010, sur les deux millions de voyageurs néo-zélandais, 976 300 sont partis en Australie, 98 900 aux Etats-Unis et 97 000 aux îles Fidji. Le Vanuatu qui apparaissait jusqu’à l’an dernier comme la destination phare du Pacifique, se fait voler la vedette par Fidji.

En 2010, sur les deux millions de voyageurs néo-zélandais, 97 000 sont partis aux îles Fidji.

Paquebots. A noter que depuis, depuis trois ans, un vol direct relie Fidji à Hong Kong. Une ligne qui chaque année
attire de plus en plus de touristes asiatiques. Tandis que la liaison Nadi-Hong Kong, ouverte en 2009 et dont la fréquence a augmenté de 50 % en décembre dernier, porte de deux à trois la fréquence hebdomadaire des vols de la compagnie Air Pacific
Les hôteliers vanuatais ainsi que les prestataires de services s’inquiètent, à juste titre, de ce ralentissement. Quant aux petites structures hôtelières, elles pensent d’ores et déjà à mettre la clé sous la
porte, si cette situation perdure. Seuls les paquebots continuent à amener de nombreux touristes. Cependant, comme chacun sait, les croisiéristes ne sont guère dépensiers, trouvant à bord de leurs navires-hôtels tout ce dont ils ont besoin.
En attendant, à Port-Vila, les habitants espèrent que l’association Vanuatu Hotels and Resorts Association (VHRA), et les professionnels du tourisme sauront élaborer une stratégie commerciale pour renverser le courant, redorer le blason du Vanuatu à l’étranger et redonner envie aux visiteurs potentiels de venir découvrir ce pays aux 85 îles.

A Port-Vila, Odile Guiomar (avec AFP)



30/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres