Après Blog Service

Après Blog Service

Il y a dix ans, ...


 
Le 28 novembre 2000, Raphaël Pidjot, jeune patron de la SMSP, et six autres personnes disparaissaient dans un crash d’hélicoptère, plongeant le pays dans l’incertitude quant au devenir du projet d’usine du Nord. Plusieurs hommages ont été rendus ce week-end.

Mardi 28 novembre 2000. Le temps est mauvais en ce début de matinée. Il est même exécrable sur les hauteurs de la Chaîne où la visibilité est quasi nulle. Il devient cauchemardesque lorsque des habitants de la tribu de Kergoa, entre Boulouparis et Thio, entendent une explosion venue des cimes. Très vite, on craint le pire. Un seul hélicoptère a tenté de franchir la montagne ce matin-là. Celui affrêté par la SMSP avec, à son bord, Raphaël Pidjot et tout l’état-major de la SMSP. Les autres appareils ont préféré rebrousser chemin.
Dans l’après-midi, après une difficile progression dans une végétation dense et escarpée, les secours découvrent l’étendue du drame. L’Ecureuil a heurté la cime des arbres et a explosé, ne laissant aucune chance à ses passagers.

Elite. Raphaël Pidjot, l’incarnation de la nouvelle élite mélanésienne, est mort, fauché en pleine ascension. Le jeune homme pressé de construire l’usine du Nord ne la verra jamais. Ses plus proches collaborateurs non plus. Tous tués dans l’explosion.

André Dang sort de sa retraite et assure­ un intérim qui dure toujours.

Il faudra 48 heures d’opérations dans un relief difficile pour retrouver les corps et les morceaux d’épaves. Un héliport de fortune a été construit en toute hâte pour faciliter l’entreprise. Les hommages pleuvent. De Jacques Chirac à Lionel Jospin, Premier ministre de l’époque, en passant par les différents responsables calédoniens.

Rumeurs. A la SMSP, c’est le deuil et la crise. Avec l’état-major décapité, plus personne n’est en capacité de signer les décisions importantes. André Dang, père spirituel de Raphaël Pidjot, sort de sa retraite et assure un intérim qui dure encore aujourd’hui. Pareille tragédie dans le monde mélanésien ne va pas sans susciter des interrogations : sortilège ? Attentat ? Malédiction ? Ces rumeurs seront battues en brèche par les longues enquêtes menées par la justice et l’Aviation civile. Personne n’a tiré sur l’hélicoptère.
Apparemment pas de panne mécanique non plus. Quand le temps est bouché sur la Chaîne, soit on n’y va pas, soit on prend le risque de voler au « contact visuel » du relief, donc en frôlant la végétation. En pareilles conditions, le moindre imprévu, le moindre coup de vent peut tourner au drame. Il n’empêche que la rumeur d’une malédiction rôde toujours dans certains esprits. Même si depuis, l’usine du Nord, raison de vivre de Raphaël Pidjot, est devenue réalité.

Philippe Frédière et Christophe Castieau

 

 

« L’émotion et la tristesse toujours vives »

 
Dix ans et une émotion toujours vive. Samedi, le temps s’est arrêté sur le cimetière de La Conception et l’esprit de Raphaël Pidjot s’est élevé au-dessus d’une assistance fournie et touchée par le souvenir d’un homme « responsable », « brillant », « intègre », « simple »... La famille, autour d’une maman prostrée sur la tombe de son fils, la tribu, les amis, les anciens et les actuels de l’UC, de la SMSP, « ces gens qui sont toujours restés fidèles »... Tous sont venus penser à « Raphaël », disparu une décennie plus tôt sur les hauteurs de la Chaîne.
« On a perdu gros », résume Charles Watton, un cousin germain, peu avant que les paroles coutumières n’élèvent l’instant et ne rappellent qui était Raphaël Pidjot. « Un homme dont la parole était respectée partout, dans sa tribu comme à Paris et dans les ministères », rappelle Pascal Naouna, ancien président de l’UC, fier d’avoir travaillé avec lui pour que l’usine du Nord voie le jour. « Son idée »...

« On aurait certainement avancé plus vite »

Les mots dessinent tous « un homme brillant dans son métier comme dans son militantisme », selon Marguerite Declercq, veuve de l’ancien secrétaire général de l’UC assassiné, confiant une anecdote remontant à 1976. « Après un comité local de l’UC, qui avait duré tout un dimanche au sujet de l’indépendance, mon mari a retrouvé par terre un carnet, qui était en fait à Raphaël, lequel avait tout noté ; il avait 16 ans. Après l’avoir lu, Pierre m’a dit : il ira loin. »
La trace est profonde. « L’émotion et la tristesse toujours présentes », confirme Gilbert Tyuienon, vice-président de l’UC, qui avoue - comme Pascal Naouna - ne pas avoir la force d’accompagner ceux qui iront, le lendemain, se recueillir sur les lieux du drame. « On se demande toujours où on en serait s’il était toujours là aujourd’hui, reprend-il. On aurait certainement avancé plus vite mais sa mémoire renforce nos convictions que c’est son héritage qu’on veut porter, qu’il est l’exemple à suivre pour notre jeunesse. » Et Lucien Pidjot, le grand frère, de remercier tous ceux qui sont venus - de Canala ou d’ailleurs ­­­­- pour les mots, pour le geste. « Mais un anniversaire ne sert à rien si on ne se pose pas la question de ce qu’on a fait depuis sa disparition et ce qu’on a à faire, appelle-t-il. Il faut arrêter de se regarder les doigts de pied et avancer pour notre pays. » Retrouver l’esprit de Raphaël Pidjot en quelque sorte.

 

 

 

Un destin d’exception

 Raphaël Pidjot était destiné à un parcours essentiellement politique. Neveu de Roch Pidjot, cet enfant de La Conception fut bercé dès son plus jeune âge par l’idéologie indépendantiste. Formé à l’Institut d’études politiques de Grenoble, il avait débuté sa carrière comme directeur de cabinet auprès de Jean-Marie Tjibaou, puis du président de la province Nord, Léopold Jorédié.
C’est un peu par hasard qu’il était entré dans le monde de la mine, convaincu que les projets d’envergure valaient mieux que les grands discours. Président de la SMSP et de la STCPI, alors qu’il n’avait que quarante ans, cette étoile montante de la jeunesse kanak a été fauchée en plein ciel, sans avoir vu sortir de terre cette usine du Nord à laquelle il tenait tant.



29/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres