Après Blog Service

Après Blog Service

« L'apprentissage devient une voie parallèle à celle de l'université »

05/03 | 06:15 | Nicolas Madelaine

John Hayes : « L'apprentissage devient une voie parallèle à celle de l'université »

Alors que le Royaume-Uni est frappé par un chômage des jeunes très élevé (le million de personnes a été dépassé), le gouvernement de David Cameron a mis l'accent sur l'apprentissage. Le ministre des Compétences et de la Formation Continue John Hayes, qui participe à une table-ronde aujourd'hui à Paris sur le sujet, explique aux « Echos » en quoi son approche est originale.

Quelle est la stratégie du gouvernement Cameron en matière d'apprentissage?

En plus de corriger les déficits publics, le gouvernement s'est fixé comme but de rééquilibrer l'économie britannique. Cela nécessite de recalibrer la formation de la force de travail du pays. Nous ne nous en sortirons qu'avec une force de travail bien formée puisque les emplois non qualifiés sont de moins en moins demandés.

C'est la raison pour laquelle nous investissons dans l'apprentissage à une échelle inconnue jusqu'à maintenant. En deux ans, nous avons augmenté le nombre d'apprentis de 239.900 sur l'exercice 2008-2009 à 457.200 en 2010-2011. Tous les âges et tous les secteurs de l'économie sont concernés par cette croissance. Nous allons investir 1,5 milliard de livres dans l'apprentissage cette année, contre 1,4 milliard l'an dernier, et ce malgré le programme d'austérité qui frappe une grande partie des dépenses publiques. Cet argent sert à payer la formation (à 100 % pour les jeunes de 16 à 18 ans, et à 50 % pour les plus de 19 ans). A charge à l'employeur de rémunérer ce personnel.

La France met également l'accent sur l'apprentissage depuis longtemps. Mais je pense que notre programme va dépasser les efforts faits dans votre pays, aussi bien en terme quantitatifs qu'en termes qualitatifs.[Considéré comme le maillon faible du système scolaire français, l'apprentissage n'attire pas plus de 500.000 jeunes chaque année en France. S'il est élu pour un deuxième quinquennat, Nicolas Sarkozy souhaite doubler ce chiffre et afficher 1 million d'apprentis à l'horizon 2017, NDLR].

 

En quoi est-ce que vous pensez vous distinguer en matière de politique d'apprentissage?

Ce qui différentie notre approche de celle du précédent gouvernement et des autres pays est l'éventail des apprentissages offerts. En plus de remplir le rôle traditionnel de formation à des métiers pratiques ou d'offrir de la formation continue, nos apprentissages ouvrent notamment la voie à des formations de hauts niveaux. Nous créons une route parallèle à la formation en faculté. Quelque 25.000 personnes par an recevront une formation du niveau d'un diplôme universitaire

 

Comment faites-vous pour prendre en compte les besoins des entreprises?

Ce sont elles qui définissent les besoins par le biais d'autorités baptisées Conseils de compétences sectorielles. Ces entités sont responsables face aux employeurs de s'assurer que les apprentissages financés par la puissance publique répondent bien aux besoins économiques sur le terrain.



05/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres