Après Blog Service

Après Blog Service

La reconnaissance arabe prend forme


Mercredi, Déwé Gorodey, membre du gouvernement, et les acteurs du projet « Calédoun 2011 » se sont réunis à la mairie. Ils ont mis en place le comité de pilotage de la manifestation qui aura lieu à Paris du 28 novembre au 1er décembre.

Mis en place dans le cadre de l’Année des outre-mer français, initiée par Nicolas Sarkozy, le projet « Calédoun 2011 » se déroulera à Paris du 28 novembre au 1er décembre. Cette manifestation est organisée par l’Institut du monde arabe (IMA), basé à Paris, et le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, avec la collaboration de la municipalité bouraillaise et l’Association des Arabes et amis des Arabes. Elle est axée sur l’histoire des déportés, transportés ou relégués de plusieurs pays du Maghreb, notamment d’Algérie, en « Calédoun », nom arabe de la Nouvelle-Calédonie.

Enracinement. « Entre 1864 et 1897, plus de 2 000 hommes originaires du Maghreb, en très grande majorité des Algériens, ont été déportés sur le Caillou », rappelle Louis-José Barbançon. L’un des objectifs de « Calédoun » est de présenter l’histoire de cette communauté qui a pris corps, s’est enracinée et a prospéré sur le territoire.

Entre 1864 et 1897, plus de 2 000 hommes, en très grande majorité des Algériens, ont été déportés sur le Caillou. 

Pour commencer à préparer cet événement, les acteurs de ce dossier étaient réunis mercredi à la mairie. Bernard Salem, Yaël et Marinette Boufenèche, Jeff Winchester et Paul Belpatronne, de l’Association des Arabes, Déwé Gorodey, membre du gouvernement en charge du secteur de la culture, de la citoyenneté et de la condition féminine, Christophe Sand, Guillaume Soulard et Manuel Bachet, chef duMservice culturel de la maison de Nouvelle-Calédonie, se sont retrouvés autour du maire Jean-Pierre Aïfa, pour installer le comité de pilotage de la manifestation, présidé par Jean-Pierre Aïfa.
Les participants ont ensuite planché sur le programme et le contenu prévisionnels de l’événement. Au menu : conférences, projections de films, de documentaires, soirées rencontre-débat et une exposition baptisée « Les Arabes de Nouvelle-Calédonie : Hier et Aujourd’hui. » Celle-ci illustre l’histoire des Arabes en Nouvelle-Calédonie, leur enracinement et leur situation aujourd’hui.
A l’issue de la réunion, Bernard Salem, le président de l’Association des Arabes, s’est dit fier de ce projet. « C’est une reconnaissance de la communauté arabes », a-t-il conclu.

Appel. L’association ayant en charge la mise en place de l’exposition, Bernard Salem lance un appel aux descendants d’Algériens possédant des photos. Celles-ci pourraient en effet leur servir pour l’exposition. Les personnes peuvent le contacter au 77 89 15. La prochaine réunion de préparation a été fixée au mercredi 15 juin, toujours à la mairie de Bourail.

 

Le comité de pilotage

Le comité de pilotage de Calédoun 2011 est constitué de Déwé Gorodey, Jean-Pierre Aïfa, Bernard Salem, président de l’Association des Arabes, et des membres de l’association, de Mohamed Metalsi, directeur des actions culturelles de l’IMA (Paris), du représentant du commissariat pour 2011, année des outre-mer français, de Joël Viratelle directeur de la maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris, de Christophe Sand, de Louis-José Barbançon, de Guillaume Soulard, en charge des prestations artistiques et chargé de mission pour la mise en œuvre de la manifestation. Enfin, Manu Bachet (Paris) et Ismet Kurtovitch (Nouméa) ont été nommés coordinateurs.

 

 

 

« Une contribution au destin commun »

Questions à… Déwé Gorodey, membre du gouvernement.

  • Les Nouvelles calédoniennes : Quel est l’objectif de Calédoun 2011 ?

 Déwé Gorodey : Cette manifestation a pour objectif de faire connaître l’histoire des Arabes de Calédonie. Il est important que cela soit fait. Il faut que les uns et les autres sortent du silence pour que l’on puisse inscrire l’histoire de leur communauté dans l’histoire commune de ce pays. C’est aussi une reconnaissance de la communauté arabe qui a participé à la construction de la Calédonie. Cette action contribue aussi à construire le destin commun.

  • Qui va participer à cette manifestation à Paris ?

Une délégation composée de membres du comité de pilotage avec, bien entendu, des représentants de l’Association des Arabes de Nouvelle-Calédonie.
Durant la semaine du 28 novembre au 1er décembre, l’exposition est ouverte au public. L’Association des Arabes a été justement sollicitée pour discuter avec les visiteurs.

  • Le pays profitera-t-il aussi de Calédoun 2011 ?

A l’issue de la manifestation à Paris, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie fera cadeau de l’exposition à l’Association des Arabes et amis des Arabes. Je sais que les membres de l’association ont déjà prévu d’exposer ces travaux à Bourail en 2012, voire dans d’autres communes le cas échéant.
Les Calédoniens auront donc eux aussi l’opportunité de découvrir ce qui s’est fait dans l’Hexagone et de faire plus ample connaissance avec l’histoire des Arabes du Caillou, d’hier et d’aujourd’hui.

 

 



28/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres