Après Blog Service

Après Blog Service

Le collectif Ataï promet des manifestations à Paris

Les Nouvelles-Calédoniennes, publié le samedi 24 décembre 2011 à 03H00

Des mobilisations sont annoncées, en janvier dans la capitale, notamment devant le ministère de l’Outre-Mer. Le but : réclamer auprès de l’Etat la restitution, « dans les meilleurs délais », du crâne d’Ataï.

Le crâne avait été retrouvé en juillet dernier dans les réserves du Musée de l’homme.

Photo : Archives LNC

 

« On n’a jamais rien eu. Pas de suite. » La patience de Bergé Kawa a visiblement des limites. Face à l’absence de réponses de la part de l’Etat, le collectif Ataï, animé par le coutumier présenté comme le descendant du célèbre guerrier, prévoit des manifestations pacifiques de protestation, à Paris. Le but ne fait pas de mystère : « Réclamer la restitution, dans les meilleurs délais, du crâne » du rebelle kanak. Ces mobilisations se dérouleront devant le Musée de l’homme au Trocadéro le mercredi 11 janvier prochain, devant le Musée du Quai-Branly le 12, enfin devant le ministère de l’Outre-Mer le 13, à chaque fois de 9 à 17 heures. Les organisateurs comptent voir les étudiants calédoniens en Métropole dans les rangs de ce rassemblement voulu statique, « avec des banderoles ».

Espoirs. Une rencontre, mi-septembre, à La Foa entre Alain Gueydan, commissaire délégué de la République pour la province Sud, et des représentants du comité de soutien à Ataï, avait pourtant ravivé les espoirs. Warawi Wayenece, l’ami de Bergé Kawa, ne cachait pas sa joie : « L’Etat s’engage dans la démarche de restitution du crâne » du rebelle devenu l’incarnation de la révolte de 1878. Mais « l’Etat veut une démarche consensuelle », autrement dit un accord unanime doit être trouvé entre les clans, le Sénat coutumier, l’ADCK, la province et le gouvernement. Et ce, afin d’éviter troubles ou récupérations. « J’ai invité le grand chef à suivre un chemin coutumier, a précisé hier Alain Gueydan, et depuis, je n’ai eu aucune nouvelle. » Bref, tout le monde s’observe.

Moulage. La nouvelle était tombée début juillet : le moulage de la tête du guerrier kanak Ataï ainsi que son crâne sont conservés dans les réserves du Musée de l’homme à Paris. « Rendre la tête est un signe d’apaisement et permet la réconciliation, avait alors déclaré Bergé Kawa, basé à la tribu de Petit-Couli. Oui, le crâne d’Ataï pourrait revenir sur le Caillou.
Michel Van Praët, professeur au Musée de l’homme, avait indiqué qu’il suffit que le territoire ou les descendants du grand chef tué en 1878 en fassent la demande. « Les restes humains sont des propriétés nationales, avait observé l’expert. L’affectataire, qui en a la charge d’entretien actuellement, est le muséum. On peut très bien imaginer que cela devienne le centre Tjibaou. Nous sommes complètement ouverts si la demande nous est faite. »
 

Y.M.



23/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres