Après Blog Service

Après Blog Service

Le débat monte autour de l'université gratuite

17/05 | 03:00 | mis à jour à 10:32 | Jean-Claude Lewandowski, Les Echos.

Hausse des droits ou maintien de la gratuité ? Confrontation des arguments.

Faut-il augmenter les droits d'inscription à l'université et dans les grandes écoles publiques ? La simple évocation du sujet suscite une levée de boucliers. Raison de plus pour ausculter, calmement, les arguments des tenants de la hausse, tel Jean-Robert Pitte, l'ancien président de la Sorbonne, et ceux des adeptes du statu quo, comme l'Unef.

Pour la hausse

• L'enseignement supérieur coûte cher à la société. L'Etat, très endetté, n'a plus les moyens d'y faire face. Résultat, une paupérisation croissante de certains établissements, notamment les universités.

• Une hausse mesurée (autour de 2.000 euros par an, par exemple, assortis de bourses pour les étudiants de milieu modeste) ne représenterait pas un effort insupportable pour les familles. Mais elle donnerait une bouffée d'oxygène aux universités.

• Cette hausse réduirait le nombre d'étudiants « fantômes ».

• A l'international, ce qui est gratuit est perçu comme sans valeur. L'image de l'enseignement supérieur français en pâtit.

• Il n'est pas normal que des cursus de haut niveau, donnant accès de façon quasi assurée à des métiers hautement rémunérés, soient financés par les impôts des contribuables - et donc en partie par ceux de familles modestes.

• Tel qu'il fonctionne, le système a tendance à écarter les étudiants de milieux défavorisés.

Contre la hausse

• L'éducation est un service public. Elle doit être accessible à tous et prise en charge par la société.

• Augmenter les frais de scolarité réduirait forcément le nombre d'inscriptions dans l'enseignement supérieur.

• Beaucoup d'étudiants ont déjà du mal à joindre les deux bouts. Un nombre croissant d'entre eux travaillent - ce qui est une cause fréquente d'échec. Une hausse des droits accroîtrait leurs difficultés.

• Ce taux d'échec est un gaspillage d'argent public.

• C'est la gratuité qui assure la solidarité sociale. Elle est plus efficace qu'un système de bourses visant à compenser une hausse des coûts.

• Pour assurer l'égalité des chances, la meilleure solution consiste en une refonte de toutes les aides existantes.

J.-C. L.


31/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres