Après Blog Service

Après Blog Service

Le drapeau enflamme toujours les débats

Ven 27 Aou 2010 |20:00, Les Nouvelles Calédoniennes


Le Collectif pour un drapeau commun a réuni 600 à 700 personnes mercredi soir à Nouméa. Mais si certains étaient bien motivés par la recherche d’un drapeau commun, d’autres étaient là pour la défense des seules couleurs françaises.

Si Pierre Frogier voulait réveiller les esprits avec sa proposition de hisser le drapeau FLNKS au côté de l’emblème tricolore, c’est réussi. Mercredi soir, ils étaient environ 600 à participer au meeting organisé par le « Collectif pour un drapeau commun ». Un nombre record pour cette toute jeune organisation créée il y a seulement quelques semaines sur Internet. L’affaire du drapeau intéresse et interpelle, c’est clair. Mais au fil des débats, il est vite apparu que les objectifs des uns et des autres n’étaient pas forcément ceux des organisateurs. Il est vite apparu aussi que la jeune organisation, qui se veut apolitique, est d’ores et déjà encerclée par plusieurs partis qui s’engouffrent dans l’initiative.
Mercredi, trois formations au moins avaient battu le rappel de leurs sympathisants. Calédonie ensemble d’abord, dont plusieurs responsables étaient là. Le Front national ensuite, et le RPC enfin.
Sans surprise, les orateurs qui se sont succédé à la tribune ont tous argumenté sur leur volonté de voir se créer, en Calédonie, un drapeau dans lequel toutes les communautés peuvent se retrouver. Il s’agit pour eux de construire le destin commun et d’avancer dans la mise en œuvre de l’accord de Nouméa. Tous ont fustigé Pierre Frogier pour avoir « commis un déni de démocratie » en décidant seul, sans une large consultation préalable des citoyens. À la tribune, c’est une jeune génération progressiste qui a fait entendre sa voix.

"Nous ne sommes plus en démocratie, nous sommes en décadence."

Mais quand le micro s’est mis à circuler dans la salle, quand les participants (en majorité des Européens d’âge mûr) ont pris la parole, la tonalité a changé. « Nous ne sommes plus en démocratie, nous sommes en décadence », a lancé une dame distinguée. « Je ne vois qu’un drapeau capable d’incarner nos couleurs : celui de la France, qui fait notre fierté ! » a-t-elle poursuivi sous un tonnerre d’applaudissements. « Nous n’avons pas voulu de l’accord de Nouméa, et nous avons toujours défendu le drapeau bleu blanc rouge, pour que la Calédonie reste française. Aujourd’hui, c’est la République qui est honteusement bafouée par le Premier ministre et par le député Pierre Frogier », a poursuivi Bianca Hénin, responsable du FN.
On a frôlé l’incident quand Tino Manuohalalo, ex-FLNKS, devenu proche de Pierre Frogier, a pris la parole. Il a affirmé vouloir lui aussi un drapeau commun, mais a fait valoir que la proposition Frogier lui semblait une bonne transition. Il a alors croulé sous les huées et même quelques insultes. Certains se sont levés et ont quitté la salle en proférant des noms d’oiseau. Loin des micros, il s’est même échangé quelques réflexions racistes dans certains petits groupes.
Bref, le collectif a fait un tabac. Mais tous, loin de là, n’étaient pas venus dans le seul souci de préparer un drapeau et un destin communs. Le comité d’organisation va devoir prendre garde car les menaces de hold-up politique sont nombreuses.

Ph.F.



27/08/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres