Après Blog Service

Après Blog Service

Le drapeau FLNKS hissé au Mwa Ka et au Sénat

Ven 16 Juil 2010 |08:22, Les Nouvelles Calédoniennes


FDJ_COUTUM_senat_NB

Le premier acte de l’installation des deux drapeaux s’est joué, hier à Nouméa, lors de deux cérémonies chargées d’émotion, l’une sur la pace du Mwa Ka, l’autre au Sénat coutumier. Le deuxième acte est prévu demain, avec l’État dans le premier rôle.

Il y a des moments où les souvenirs et les douleurs du passé reviennent en force dans les esprits. Où les regards se brouillent et s’égarent au défilé des temps forts qui marquent une vie. C’est un de ces instants particuliers qu’ont vécu, hier, la plupart de ceux qui ont assisté au lever conjoint des deux drapeaux, français et FLNKS. D’abord auprès du Mwa Ka, emblème kanak érigé Baie-de-la-Moselle à Nouméa, ensuite au Sénat coutumier à Nouville.
Les ténors de l’UC avaient prévenu. Si la proposition lancée il y a six mois par Pierre Frogier aboutissait, ils ne feraient pas les choses à moitié. Ils y mettraient toute la solennité et la connotation coutumière qu’exigeait pareille circonstance.
Et c’est ce qui s’est passé. Place du Mwa Ka, à partir de midi, ont commencé une série de coutumes où se sont succédé les partis et organisations indépendantistes : UC, Parti travailliste, USTKE, Comité 150 ans… Le grand absent étant l’Uni-Palika, seulement représenté par ses dissidents.
Puis, vers 13h30 sont arrivés Pierre Frogier et les principaux dirigeants du Rassemblement et de l’Avenir ensemble : Gaël Yanno, Harold Martin, Eric Gay, Didier Leroux. Au total, une soixantaine de représentants de la famille loyaliste sont venus apporter leur coutume.

La reconnaissance de ce drapeau va faire naître un grand espoir dans la jeunesse kanak
À l’arrivée du cortège loyaliste, quelques visages se sont dissimulés dans les larmes. Pierre Frogier lui-même a eu la gorge nouée plusieurs fois par l’émotion pendant sa prise de parole. Le leader du Rassemblement a relu une partie de son discours prononcé le 24 septembre 2003 lors de l’inauguration du Mwa Ka : « C’est à la fois une histoire qui se termine mais aussi et surtout le fondement, l’assise, d’une histoire qu’ensemble et en commun, nous avons entrepris d’écrire. » Autour de lui, Rock Wamytan, Charles Pidjot, Louis Kotra Uregeï, Sylvain Pabouty, présents pour le lever conjoint des deux étendards. « La reconnaissance de ce drapeau va faire naître un grand espoir dans la jeunesse kanak qui va se sentir enfin reconnue et comprise dans son propre pays » a déclaré Rock Wamytan. « Le geste d’aujourd’hui préfigure ce qui va émerger dans les années qui viennent. »

Ensuite, les différentes coutumes ont été « mariées » puis portées au Sénat coutumier. « Ce drapeau est le symbole du combat, de la lutte et du sang versé pour notre reconnaissance », a déclaré Julien Boanemoi, le président de l’institution. « Le fait que vous nous l’apportiez est un grand moment pour nous, mais aussi pour l’histoire de notre pays. C’est un grand pas que nous vivons tous. C’est un moment de joie car nous franchissons une étape sur le bon chemin. »
Cette séquence chargée de profonde émotion se répétera sans doute samedi matin, en présence du Premier ministre, devant le haussariat.

Textes : Philippe Frédière, Sylvain Amiotte, Xavier Heyraud
Photos Thierry Perron et Olivier Broutin

 

Deux drapeaux, qu’en pensez-vous ?

  • Nouméa, Lysiane, 19 ans, Amélie, 20 ans
    « C’est pas ça, le destin commun »

Je ne vois pas le rapport avec le destin commun. Ce drapeau représente surtout une opinion politique. Il va représenter la communauté mélanésienne, mais pas l’ensemble des Calédoniens. Autant le changer vraiment et en trouver un qui rassemble tout le monde. » « Les mettre côte à côte, je trouve que ça sépare encore plus. C’est comme si aucun drapeau ne représentait l’autre, avec les indépendantistes d’un côté et la France de l’autre. A l’école, on est tous ensemble, soudés, ça se passe super bien. Les politiques, eux, restent trop sur le passé et leurs vieilles histoires. Ils nous parlent de destin commun, mais ils n’arrêtent pas de se prendre la tête. »

  • Poindimié, Arnaud, Doui, Romarick, Maryse, Kimberley et Frédéric, 14 à 16 ans
    « Il faudra bien un seul drapeau »

« C’est bien de mettre le drapeau kanaky avec le drapeau français car on a le droit d’avoir notre place chez nous. Il faut que les gens acceptent le drapeau indépendantiste comme les kanak ont accepté le drapeau français. Mais comment faire pour choisir un jour un drapeau ? Ça aurait été mieux de les mélanger. Avec les deux drapeaux, ça représente bien la Nouvelle-Calédonie d’aujourd’hui, tout le monde se reconnaît dedans. Mais le jour où la Calédonie sera indépendante, ils vont faire comment ? »
« Ce sujet nous intéresse car ça va nous représenter plus tard. Si un jour un athlète du pays va aux J.O., il va bien falloir qu’il y ait un seul drapeau pour nous représenter. »

  • Maré, Jean-Luc, 23 ans, Maguy, 31 ans, Frédéric, 28 ans
    « On est sur la bonne voie »

« C’est une très bonne idée. On est sur la bonne voie, celle du destin commun. On le vit et ça donne de l’espérance à tout le monde. » « C’est un grand pas. Le pays se construit tout doucement mais sûrement. Mais le ministre vient un peu pour faire joli et il y a peut être d’autres urgences : plus d’égalité ou lutter contre la vie chère par exemple. »
« Ce lever des deux drapeaux c’est très important et c’est un beau symbole. Il faut vivre et travailler ensemble. Le drapeau du FLNKS, c’est un peu notre identité, notre culture. On doit être enfin représentés, montrer qu’on existe et qu’il faut aussi compter sur nous. »

 

Le FN contre « le drapeau de la honte »

En « protestation » au lever du drapeau FLNKS, le Front national organise demain, à 9 heures, au quai Ferry, « une marche pacifique aux couleurs du drapeau tricolore ». « Nous n’accepterons jamais le drapeau FLNKS, qui reste un drapeau de la honte, entaché de sang, déclare sa responsable, Bianca Hénin. Ce n’est pas un drapeau identitaire, tous les Kanak ne sont pas indépendantistes ! »
Et d’ajouter : « Tous les Calédoniens qui ont tenu tête pendant des années en espérant ne pas avoir cette indépendance vont verser une larme samedi, quand ils vont voir ce drapeau monter. »
Comme Calédonie ensemble, le FN se dit favorable à la recherche « d’un drapeau calédonien, propre au territoire », et cite en ce sens « le drapeau gris avec le cagou ». « Le destin commun, c’est toujours en faveur des indépendantistes, appuie Bianca Hénin. Mais quand nous diront-ils ce qu’ils veulent faire de toutes les autres ethnies du territoire ? »







19/07/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres