Après Blog Service

Après Blog Service

Le Nutella ne sera pas interdit

Le Parlement européen a catégoriquement nié mardi vouloir interdire la vente de la célèbre pâte à tartiner Nutella via une nouvelle réglementation sur l’étiquetage nutritionnel, contrairement à l’intention qui lui est prêtée par certains en Italie ou en France.

«Les députés ne cherchent pas à interdire la commercialisation des produits Nutella» ou des «produits alimentaires malsains» car pouvant favoriser le surpoids, a indiqué le Parlement européen dans un communiqué.

Un projet adopté en première lecture le 16 juin prévoit qu’à l’avenir les étiquettes alimentaires précisent obligatoirement la quantité de cinq nutriments essentiels dans les produits: énergie, glucides avec une référence aux sucres, lipides, acides gras saturés et sel.

Une autre législation existante prévoit des règles sur les «profils nutritionnels», avec la possibilité pour un produit d’apposer des allégations nutritionnelles et de santé, telles que «riche en calcium» ou «bon pour le cœur».

Levée de bouliers

«Il n’y a pas de proposition visant à imposer, sur les étiquettes de denrées alimentaires, des avertissements relatifs à la santé, ou à interdire la commercialisation ou la vente de produits, quels qu’ils soient», a souligné le Parlement.

Il s’agit d’un projet adopté en première lecture, qui doit donc être encore être examiné par les Etats de l’UE et est donc de toute façon susceptible d’amendements. Cette mise au point réagissait à une levée de boucliers en Italie et dans certains médias en France.

Les eurodéputés ont été accusés de vouloir empêcher, via ces nouvelles règles d’étiquetage, la vente de la marque Nutella du groupe italien Ferrero, sous prétexte qu’avec plus de 60% de sucre et d’huile de palme la pâte à tartiner ne serait pas conforme au "profil nutritionnel" souhaité.

En Italie, un député de la Ligue du Nord a fondé un comité «Touche pas à mon Nutella». Le produit est notamment fabriqué dans la ville d’Alba, dans le nord de l’Italie.

Et le ministre italien des Affaires européennes, Andrea Ronchi a dénoncé récemment un risque de «fondamentalisme nutritionnel».

(Source AFP)



30/06/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres