Après Blog Service

Après Blog Service

Les étudiants Erasmus privés de bourses

Par MARIE PIQUEMAL, Libération.fr, le 05/01/2012.


Ils sont partis étudier un an à l'étranger avec la promesse de toucher chaque mois une aide de 400 euros. Certains attendent toujours.

«On nous pousse à partir étudier à l'étranger, en nous disant que des bourses existent pour nous aider à financer notre projet. Et une fois qu'on y est, voilà, on nous plante là.» Partie suivre sa troisième année de licence en Angleterre, Azilis se retrouve «coincée à galérer» sans argent.

En tant qu'étudiante Erasmus (nom du programme d'échange européen, ndlr), elle avait décroché deux bourses. L'une de 160 euros par mois (bourse Erasmus), financée par la Commission européenne. Et une autre de 400 euros mensuel, appelée «bourse de mobilité internationale» versée par l'Etat français. C'est cette dernière qui pose problème. Plusieurs étudiants se plaignent de ne pas avoir reçu tous les versements.

Baki Youssoufou, président de la Confédération étudiante, n'est pas étonné. «Les problèmes sont récurrents. Que ce soit les bourses de mobilité ou celles sur critères sociaux d'ailleurs. Certains étudiants les touchent partiellement, d'autres pas du tout. C'est n'importe quoi. Les crédits sont mal répartis, mal utilisés, parfois même pas en totalité...»

De son côté, le Cnous, le centre national des œuvres universitaires et scolaires, en charge du paiement des bourses, assure que tous les versements ont été effectués — «il n'y a pas de problème à ce jour».

Azilis raconte: «Au départ, cela devait être génial. J'ai réussi à décrocher une place pour suivre une formation management d'industrie musicale dans une université anglaise. Le rêve.» Mais une fois sur place, rien. Septembre, octobre, novembre... Elle ne voit pas la couleur des 400 euros d'aide mensuelle. Elle vivote avec les 160 versés par la Commission européenne et son père qui l'aide «un peu».

Début décembre, elle reçoit un mail du service international de la fac: «Nous avons été informés il y a deux jours de la baisse de notre dotation budgétaire pour 2011, alors que notre service avait fait le nécessaire pour que les bourses vous soient versées dans les temps, c'est-à-dire fin novembre. Cette décision qui relève du Ministère nous implique de différer les paiements et il s'agit bien là d'une mesure restrictive qui concerne tous les étudiants boursiers en mobilité. Au même titre que tous les autres étudiants, vous percevrez prochainement la somme provisoire de 800 euros et les dossiers seront revus dès 2012.»

Les 800 euros sont effectivement virés sur son compte le 29 décembre. «C'est toujours ça mais pour la suite, je reste dans le flou. Franchement, si j'avais su, je ne serais jamais partie. Je suis à l'étranger mais je ne peux rien faire. Je suis bloquée à la maison [elle vit dans une coloc à sept].»

«Ces 400 euros, ce n'est pas du luxe non plus»

Etudiant en droit débarqué pour neuf mois en Ecosse, Simon, rémois d'origine, se retrouve à peu près dans la même situation. A ce jour, il n'a reçu qu'un versement de 400 euros. En guise d'explication, un courrier du service des relations internationales de la fac de Reims, daté du 14 décembre, indiquant que l'aide ne serait pas versée pour les mois déjà écoulés (septembre-décembre). Pour la suite: «Nous n'avons à ce jour aucune information concernant le montant de la dotation 2012 de l'aide à la mobilité internationale.(...) Parfaitement conscient de l'importance de cette aide au bon déroulement de votre séjour d'études, nous vous tiendrons informé(e) dans les meilleurs délais.»

«Heureusement, mes parents peuvent m'aider mais j'ai des amis qui se retrouvent vraiment en difficulté. Ces 400 euros, ce n'est pas du luxe non plus. Surtout quand on part dans un pays où la vie est plus chère.» Au delà de l'aspect financier, il râle sec contre «cette injustice sociale». Militant au front de gauche, il a adressé une lettre ouverte au ministre de l'Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez. «À longueur de journée, nous pouvons lire que notre niveau d’anglais est déplorable (...) Je fais partie de ceux qui se sont engagés à y remédier. Mais, de votre côté, respectez vos engagements», écrit-il.

Après la polémique fin novembre sur les retards de versement de la bourse sur critères sociaux, le ministère  tente de calmer le jeu. Dans un communiqué publié cet après-midi, il annonce la tenue dans la journée d'une réunion pour «faire un point de la situation et s'assurer du versement fluide des bourses de mobilité aux étudiants dans chaque académie.»

Par ailleurs, le ministère va transférer la gestion des bourses de mobilité aux universités. «Pour pouvoir répondre aux demandes des étudiants d'un paiement rapide, les moyens consacrés aux bourses de mobilité sont transférés aux établissements en 2012 (et non partagé entre le Crous et les universités, comme c'est le cas aujourd'hui, ndlr). Ils s'élèvent à 25,7 millions d'euros, soit une augmentation de 2 millions d'euros en 2012 par rapport à l'année 2011», précise le communiqué.



05/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres