Après Blog Service

Après Blog Service

Les jeunes handicapés veulent se faire entendre

Ven 22 Oct 2010 |20:00, Les Nouvelles Calédoniennes.


Les personnes handicapées, et notamment les plus jeunes d’entre elles, avaient l’occasion samedi dernier, à Wé, de faire remonter leurs préoccupations auprès des institutions. Leur message est clair : ils appellent à plus de considération de la part des pouvoirs publics.

Samedi dernier, une soixantaine de handicapés de Lifou et d’Ouvéa se sont réunis à la base de loisirs de Wé. Leur objectif : dire tout haut ce qu’ils attendent des institutionnels.
Cette journée, organisée avec le soutien de l’Association des personnes âgées et handicapées de Lifou et de Stéphane Cosson, chef de service de la Dacas (Direction de l’action communautaire et de l’action sociale) avait pour objectif de permettre aux jeunes en situation de handicap de dire à quels problèmes ils sont confrontés au quotidien dans leur tribu.
« Nous en ferons une synthèse que nous ferons remonter aux institutions concernées », explique Reine Hue, présidente de l’association. Après l’échange de parole, il est ressorti que beaucoup de dossiers de demande de logement sont en retard et que les différents services ne coordonnent pas suffisamment leurs actions. « Nous ne nous sentons pas assez pris en compte, nous n’existons pas », ont déclaré les handicapés.

Nous ne nous sentons pas assez pris en compte, nous n’existons pas.

Pourtant, la situation évolue. Une loi de pays a instauré une revalorisation du handicap et de la dépendance. Si la personne est handicapée à hauteur de 100 %, elle aura droit à une indemnité de 90 000 francs par mois, mais il faut du temps avant que la mesure se mette en place. Pour l’heure, l’aide de 18 000 francs octroyée par la province est clairement insuffisante.
« Les handicapés sont impatients d’avoir leur maison, précise Reine Hue. De plus, à Ouvéa, par exemple ils n’ont aucun moyen de se déplacer vers les centres de soins. Ils sont donc obligés de faire du pouce. À Lifou, un seul transporteur assure ces trajets, c’est insuffisant. »
Stéphane Cosson précise que la Cafat recherche des prestataires pour le transport des handicapés, mais il faut qu’ils soient agréés et que leur véhicule soit équipé. Pendant cette journée ponctuée d’activités de détente, les handicapés ont clairement fait passer le message qu’ils souhaitaient plus de considération de la part des institutions et des responsables coutumiers. « De nos jours, la solidarité est rare. Nous devons être solidaires et avancer main dans la main », a conclu Léon Ajapuhnya, directeur de l’ApahL.



26/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres