Après Blog Service

Après Blog Service

Les nouveaux lobbies citoyens

 

Associations de riverains, de locataires, de résidents, collectifs citoyens, comités de défense : leur nombre ne cesse de croître ces derniers mois à Nouméa. Toutes se battent pour une amélioration des conditions de vie dans leur quartier, au risque parfois de dépasser les limites de leurs compétences. Les autorités, et notamment la municipalité, leur accordent une grande importance.

Ludovic Lafon - Les Nouvelles Calédoniennes - 10 juin 2009


« Face à la recrudescence des incivilités et des cambriolages, une centaine de personnes ont décidé de relancer le Comité de défense du 6e Km, explique Nady Dagostini la présidente. Ont été évoquées, lors des réunions, les nuisances sonores, la vitesse excessive, la prolifération des immeubles, la propreté du quartier. Le comité envisage également de mener, comme par le passé, des actions à caractère social. »
Voilà un exemple d’un ancien comité qui sort de son sommeil pour répondre aux besoins croissants des habitants du quartier. Des domaines d’action très différents les uns des autres qui ne semblent pourtant pas du ressort des citoyens, mais plutôt des pouvoirs publics. Et pourtant. Elles sont nombreuses à se constituer ou à reprendre du service pour pointer du doigt certains problèmes de la vie quotidienne et influencer les autorités dans leurs décisions.
« Si l’on est seul pour dénoncer des problèmes récurrents dans les quartiers, on n’est pas pris au sérieux, alors on se regroupe tout simplement pour avoir du poids, mais aussi pour pouvoir agir, explique Nady Dagostini. Nous pouvons compter les uns sur les autres et notamment en ce qui concerne les cambriolages. Quand un résident est absent, par notre seule présence nous montrons aux éventuels intrus que nous veillons ».
Ce comité a déjà obtenu gain de cause par le passé, notamment en faisant condamner une société du quartier jugée trop bruyante.
À Rvière-Salée, l’association des Jardins de la Fontaine fonctionne depuis quatre ans et s’est fixé trois axes prioritaires. « Nous nous sommes regroupés pour favoriser et maintenir les relations des locataires de ce quartier SIC où vivent toutes les communautés, explique Christophe Loueckhote, le président. Mais aussi pour améliorer nos conditions et notre cadre de vie et pour trouver des solutions pour nos jeunes. »

« Nous attachons beaucoup d’importance à cette forme de politique participative »
L’association de locataires a donc un poids plus important auprès du bailleur social. Christophe Loueckhote est venu soutenir, mercredi, Marcel Nemia le président de l’association Construire la Vallée ensemble, qui organisait une mobilisation. Mais il trouve que l’on se focalise trop sur certains quartiers. « Pour avoir vraiment du poids il faudrait passer un cap et se regrouper avec toutes les associations qui ont les mêmes objectifs. Mais nous ne voulons pas créer des milices de quartier. Je suis totalement contre. Aujourd’hui bon nombre de nos problèmes à tous seront réglés si les parents se réinvestissent dans l’éducation de leurs enfants », confie le président des Jardins de la Fontaine.
D’autres associations se sont lancées dans d’autres combats. Ainsi l’Association de la baie de Sainte-Marie continue sa bataille juridique engagée en 2004 contre la création du Parc des cinq îles et de ses trois immeubles pour 210 logements. Ils ont pratiquement gagné puisque Christophe Van Peteghem, le promoteur, a décidé de renoncer à ce projet.
Bien vivre à la Vallée-des-Colons, une association qui compte une quinzaine de membres, est également en train de lutter pour préserver son cadre de vie. Créée récemment, elle se bat pour éviter la construction d’immeubles trop haut dans le quartier. L’Association de défense de l’environnement urbain de la première Vallée-du-Tir est en train de mettre des bâtons dans les roues de la Société Caillard et Kadour. Selon les conclusions du rapporteur public, le permis de construire d’une troisième tour, baptisée Pacific Plaza, devrait être annulé.
Francine Beney, 7e adjointe chargée de la vie des quartiers et de l’insertion, trouve qu’effectivement le monde associatif est en plein essor : « Pour nous, ces associations sont le reflet de ce qui se passe sur le terrain. Nous avons de plus en plus de demandes de rendez-vous de leur part pour évoquer leurs problèmes. Nous attachons beaucoup d’importance à cette forme de politique participative et leurs responsables seront d’ailleurs nos interlocuteurs privilégiés pour la mise en place des conseils de quartier. »

Aujourd’hui on peut dire que les riverains ont bien compris l’intérêt de se regrouper, de quelque manière que ce soit, et il semblerait que leur voix ait trouvé un écho en mairie.


  Le cas particulier de la BD  

Pour tenter de régler le conflit qui opposait depuis de nombreux mois l’Association des résidents de la Baie-des-Citrons aux patrons des bars et discothèques du centre commercial, la municipalité et les autorités ont décidé d’en confier la gestion aux résidents eux-mêmes. Ils sont donc chargés de fixer les limites du supportable concernant le volume de la musique dans les établissements de nuit et de les visiter pour trouver des solutions. Pour certains, c’est accorder beaucoup trop d’importance et de pouvoir à une simple association. Du côté de la municipalité on surveille de loin, mais on préfère que le conflit se règle de cette manière. L’avenir dira si elle a eu raison.

 

Questions à… Jean Lèques, maire de Nouméa.
Les Nouvelles calédoniennes : Vous étiez présent pour la mobilisation de mercredi à la Vallée-du-Tir à l’appel de l’association Construire la Vallée ensemble pour dénoncer les dégradations et l’insécurité qui y règne. C’est important pour vous le rôle de ces associations ?
Jean Lèques :
Oui, car je crois que l’on pourra arriver à modifier les conditions de vie dans les quartiers grâce au travail de ces associations. Il faut de plus en plus que les habitants se prennent en charge et ce malgré les efforts que nous fournissons pour leur améliorer leur cadre de vie. Il est indispensable qu’après, une fois que les pouvoirs publics ont fait un certain nombre d’efforts, les habitants évitent que l’on assiste à des dégradations comme ça a été le cas à Saint-Vincent-de-Paul à de multiples reprises et en cela les associations sont une veille pour nous dans les quartiers.

Que comptez-vous faire pour continuer à lutter contre toutes ces incivilités ?
Je rappelle que l’un des buts de la ville de Nouméa est de créer une maison de la parentalité. Nous allons faire certaines choses à l’ancien cinéma Rex, au cœur même de la cité, et il faut que les parents se remettent dans la vie de leur famille et évitent que les enfants, dès le plus jeune âge, se livrent à l’alcoolisme et à la consommation de drogue. Voilà où l’on aboutit, à un ras-le-bol de tous et à des débordements.

Certains craignent que la municipalité n’accorde un peu trop de pouvoir à certaines associations et redoutent la création de milices de quartier. Que répondez-vous à cela ?
Je crois beaucoup à leur travail. J’ai été longtemps à la tête de l’association Logicoop et je crois qu’il n’y a pas d’incompatibilité entre notre travail, celui des pouvoirs publics, et le leur. Il faut au contraire une très bonne coordination entre nous pour lutter contre le fléau de la délinquance. Je suis satisfait que de plus en plus de gens se prennent en charge et n’attendent pas tout des autorités. Quant aux milices c’est un autre problème, je ne cautionne pas, et il y a la justice pour trancher.

 



10/06/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres