Après Blog Service

Après Blog Service

Ménages français : qui sont les plus gros pollueurs ?

Mardi 29 mars 2011, ecologie.blog.lemonde.fr.

 

 

Pollue-t-on davantage lorsqu’on est célibataire ou dans une famille nombreuse, jeune ou retraité, riche ou fauché ? Pour répondre à ces questions, il existe depuis lundi un nouvel outil : l’Observatoire du bilan carbone des ménages, réalisé par le cabinet de conseil Green Inside à partir d’un sondage effectué par Ipsos et Logica Business Consulting auprès de 2 000 personnes.

 

Pour rappel, le bilan carbone, c’est cet outil, développé par Jean-Marc Jancovici pour l’Ademe, afin de comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre d’une activité, d’une entreprise, d’un territoire ou d’une personne. Or, ce CO2, nous devons en émettre quatre fois moins d’ici 2050 par rapport au niveau de 1990 - ce que l’on appelle le facteur 4 - selon les objectifs adoptés par la France en 2003 afin d’enrayer le changement climatique.

Afin de combattre le vilain dioxyde de carbone que nous produisons, rien de mieux que d’en connaître la teneur et l’origine. L’Observatoire du bilan carbone des ménages s’est alors concentré sur les trois postes les plus émetteurs : les transports, le logement et l’alimentation. L’objectif étant, dans un second temps, de proposer des outils plus efficaces et mieux ciblés pour réduire nos émissions.

Dans le jeu des sept familles des pollueurs, je demande en premier le cadre supérieur, vivant seul, qui prend régulièrement l’avion et vit dans une ville de moins de 20 000 habitants. Et en dernier, la famille nombreuse, qui n’utilise pas de voiture et limite sa consommation de produits laitiers. Entre les deux, le Français moyen émet 7 388 kg de CO2 par an, soit mieux que les Américains (qui rejettent près de 20 tonnes dans l’atmosphère) mais plus que la moyenne mondiale qui se situe autour de 4 tonnes par individu. Radiographie des modes de vie les plus polluants :

Les transports. C’est le poste qui constitue à lui seul plus de la moitié des émissions des foyers (54%), loin devant le logement (30 %) et l’alimentation (16 %). D’où la nécessité, selon le cabinet Green Inside, d’agir en priorité sur nos modes de déplacement, et en particulier sur les véhicules personnels, qui représentent 79% de ces émissions.

Les revenus. Ce n’est pas un secret : les hauts revenus polluent davantage que les foyers modestes. Un ménage dont le chef de famille est cadre supérieur présentera ainsi un bilan annuel de 8,5 tonnes de CO2, contre 6,7 pour les employés. La raison ? Davantage de loisirs et surtout un usage de l’avion accru - 38% des émissions des transports d’un cadre supérieur contre 18% pour la moyenne des ménages. Les ouvriers prêtent aussi davantage attention à la consommation d’énergie. Seule l’alimentation inverse la hiérarchie : 1,2 tonne d’émissions pour les ouvriers, 964 kg pour les CSP+. Les plus grosses sources de pollution sont les produits laitiers et la viande.

L’âge. Vieux et jeunes, même combat. Chez les retraités, qui émettent plus de 9 tonnes de CO2 par an, le bilan carbone moins bon que la moyenne s’explique notamment par le logement, en raison de la taille généralement réduite du foyer. Chez les 18-24 ans, qui émettent en moyenne 8,3 tonnes de CO2, l’explication est à rechercher du côté des nombreux déplacements et d’un usage plus répandu, et individuel, de la voiture.

La taille du foyer. Une personne vivant seule émet 10,6 tonnes de CO2 par an, soit deux fois plus qu’un individu vivant dans un foyer de trois personnes et trois fois plus qu’un membre d’une famille de cinq personnes et plus. Le poste transport explique en grande partie ces différences.

La taille des villes. Les ménages les plus vertueux vivent dans les grandes villes (plus de 100 000 habitants) alors qu’à l’inverse, les plus émetteurs sont ceux résidant dans celles de moins de 20 000 habitants, toujours en raison du poids de l’automobile en raison du manque d’accès aux transports en commun.

La conclusion de cette enquête ? Tout ce qui commence par le préfixe co-, tels que le co-voiturage ou la colocation. Et la mutualisation des ressources. Rien d’original mais c’est toujours mieux en le disant.



30/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres