Après Blog Service

Après Blog Service

Nouvelle-Zélande. Un jeune broussard en voyage initiatique

Ven 13 Aou 2010 |09:25, Les Nouvelles Calédoniennes

Il voulait voir du pays, il n’est pas déçu ! En janvier dernier, Enrick Frances a quitté Koumac pour vivre quelques mois dans la plus grande ville de Nouvelle-Zélande. Changement de décor, de langue, de culture... Le jeune broussard raconte avec beaucoup d’humour et d’enthousiasme son « expérience de vie ».

A seulement 17 ans, Enrick Frances affiche une maturité déconcertante. « C’est normal, ce genre d’expérience, ça fait mûrir rapidement ! », plaisante le petit gars de Koumac visiblement très à l’aise. L’expérience dont il parle, c’est le voyage initiatique qu’il a entrepris, en début d’année, au pays des Kiwis. Initialement, il est venu apprendre l’anglais. « Quand je suis arrivé ici, je ne parlais pas un mot. » Mais à raison de cinq heures de cours par jour dans une école privée d’Auckland, il progresse à vitesse grand V. D’autant plus qu’il fait du « homestay », traduisez « hébergement chez l’habitant ». Chaque soir, il rentre dans sa famille d’accueil qui héberge également une Coréenne, un Russe et un Brésilien. « C’est génial de rencontrer des gens du monde entier. » Très vite, Enrick comprend que la langue n’est finalement qu’un passeport pour vivre son « expérience de vie ».

Je suis invité en Colombie, au Brésil et beaucoup de mes amis d’ici vont aussi venir me voir en Calédonie

13« Pour la première fois, j’ai dû me responsabiliser. Moi qui n’ai jamais pris le bus au-delà de Bourail, je dois monter dans le train chaque jour, apprendre à gérer mon argent. Je dois même faire attention à mon habillement ! »
Bien sûr, ce n’est pas rose tous les jours, il a aussi ses moments de cafard. Loin de sa famille et de son pays, « je n’ai jamais autant rêvé d’aller à la plage ». Il doit aussi vivre son premier hiver, « maintenant, j’ai envie d’avoir trop chaud ». Mais Enrick Frances ne veut surtout pas s’apitoyer sur son sort. « Je préfère vivre les choses à fond, J’ai beaucoup de chance d’être là et mes parents ont investi énormément d’argent pour moi. » Car si sa famille n’avait pas été là, Enrick ne serait probablement pas sorti du Caillou. « Au départ, ce n’était pas du tout mon idée. » En novembre 2009, alors qu’il vient d’obtenir son BEP Vente action marchande, à Bourail, il envisage d’arrêter l’école pour travailler dans la quincaillerie de ses parents, à Koumac. Mais, son entourage le bouscule un peu et lui conseille de partir en voyage avant de se lancer dans la vie active. Sous la pression, il cède, s’envole pour Auckland et découvre une vie palpitante.
« Ici, j’ai l’impression de vivre mon adolescence. » Lorsqu’il n’a pas cours, il va boire un café avec des amis, s’offre une cure de cinéma et de billard . Il voyage dans le pays, s’ouvre à de nouvelles cultures : « J’ai même appris à connaître la communauté asiatique que je ne côtoyais pas en Nouvelle- Calédonie. » Il fait aussi des projets de voyages. « Je suis invité en Colombie, au Brésil et beaucoup de mes amis d’ici vont aussi venir me voir en Calédonie. » Il aime tellement ça, qu’il a prolongé son voyage. « Je me donne deux ans avant de me lancer dans la vie active. » Et après ? « Je ferais ce que j’aime faire, travailler à Koumac dans la quincaillerie de mes parents. » La famille, c’est quand même sacré.

Virginie Grizon



17/08/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres