Après Blog Service

Après Blog Service

Petits paradis menacés par l’enfer de l’exode

 

L’Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution relative aux effets néfastes des changements climatiques et à leurs implications sur la sécurité internationale. Les petits Etats insulaires du Pacifique sont particulièrement concernés.

Les Nouvelles Calédoniennes - 10 juin 2009


C’est la première fois que les délégations parviennent à un consensus pour adopter une résolution qui établit le lien entre changements climatiques et sécurité internationale, s’est réjoui le représentant de l’Australie. 
Aux termes de la résolution, l’Assemblée générale, « profondément préoccupée par les répercussions que les effets néfastes des changements climatiques, notamment l’élévation du niveau des mers, pourraient avoir sur la sécurité, invite les organes pertinents de l’Organisation des Nations unies à intensifier les efforts qu’ils consacrent pour examiner et traiter le problème des changements climatiques. Notamment les répercussions que ceux-ci pourraient avoir sur la sécurité ». 
La représentante de Nauru, qui, au nom des petits États insulaires en développement du Pacifique, présentait le projet de résolution, a affirmé que la région du Pacifique avait été constamment menacée par les effets néfastes des changements climatiques. 

« En raison de leur petite taille associée au volume de l’océan qui les entoure, les îles du Pacifique sont très vulnérables »
« La vulnérabilité des îles du Pacifique résulte de leur petite taille associée au volume du grand océan qui les entoure, a-t-elle notamment expliqué. Les petits États insulaires en développement, dont ceux du Pacifique, ont à faire face aux effets immédiats des changements climatiques, parmi lesquels les inondations des zones côtières, où résident la majorité des populations, la perte de l’appro­vi­sion­nement en eau potable, l’intrusion des eaux salées, la sécheresse, les dégâts dans les récoltes, la destruction d’infrastructures essentielles, la diminution de la biodiversité et une forte augmentation de l’incidence des maladies graves.  Dans la plupart des cas, ces impacts rendront inhabitables les îles du Pacifique, détruisant leurs cultures », a-t-elle ajouté.
Selon la représentante de Nauru,  la survie des États, leur souveraineté et leur intégrité territoriale, ainsi que l’impact sur leurs voisins constituent clairement une question relevant de la paix et de la sécurité internationales.
Les tendances actuelles indiquent que le monde « peut être confronté bien plus tôt que prévu à une urgence climatique », a-t-elle expliqué, invitant la communauté internationale à s’attaquer aux répercussions des changements climatiques sur la sécurité et à « agir maintenant ». « Nous n’accordons pas suffisamment d’attention à la menace sécuritaire que représentent les changements climatiques », a estimé la déléguée des Palaos. « Les scientifiques nous disent de nous préparer à des crises humanitaires, y compris à des exodes. On n’est pas loin de préparatifs face à une menace comme la guerre »...



10/06/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres