Après Blog Service

Après Blog Service

Plusieurs milliers de manifestants à Nouméa contre la "vie chère"

Plusieurs milliers de personnes ont défilé, mardi 17 mai, dans les rues de Nouméa pour dénoncer la "vie chère" et réclamer une réforme structurelle du système économique.

Fiscalité obsolète, opacité des prix, monopoles, protection de marchés, faible taxation du capital au détriment du travail et évasion de capitaux figurent au rang des griefs mis en avant par six des sept syndicats représentatifs de Nouvelle-Calédonie qui ont appelé à participer à cette manifestation qui a rassemblé sous une pluie battante entre 6 000 et 10 000 personnes selon les sources policières et syndicales. Trois jours de grève générale ont été décrétés et des manifestations similaires sont prévues mercredi et jeudi dans la province Nord, à Koné, et à Lifou, aux îles Loyauté.

"LA MOBILISATION EST LÀ"

Le cortège a déposé une plate-forme de revendications au gouvernement local, à la province Sud et au Congrès. La plupart des dirigeants calédoniens sont cependant en ce moment à Paris, où ils sont reçus par le premier ministre, François Fillon, pour mettre un terme à l'instabilité politique qui touche l'archipel depuis trois mois.

"La mobilisation est là. Nous ne voulons plus de discours, nous voulons des décisions importantes, qui doivent faire l'objet d'accords économiques et sociaux", a déclaré Didier Guénant-Jeanson, leader de l'Usoenc, proche de la CFDT. Dans un communiqué, la Ligue des droits de l'homme, qui avait appelé à rejoindre cette manifestation, a dénoncé le creusement "des disparités entre riches et pauvres au cours des dernières années" et le risque "à court ou moyen terme d'une explosion sociale".

"La France a construit dans tous ses départements et territoires d'outre-mer une économie de transfert aux ménages, un peu artificielle", a déclaré sur la chaîne de télévision NC Première Mathias Chauchat, professeur de droit public à l'université de Nouvelle-Calédonie. "Les prix ont tendance à s'adapter à une demande solvable élevée, ce qui génère beaucoup d'injustices. C'est un modèle qui est en échec", a-t-il ajouté. La semaine dernière, le gouvernement local a annoncé une baisse des prix sur vingt-cinq produits phares. Il s'est engagé, dès le retour à la stabilité des institutions prévue d'ici un mois, à adopter un plan global de lutte contre la vie chère.



17/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres