Après Blog Service

Après Blog Service

Qui incarnera Karembeu ?

Les Nouvelles Calédoniennes.

Publié le jeudi 26 janvier 2012 à 03H00

Depuis le début du mois, des séances de casting sont organisées à Canala et à Nouméa en vue d’un téléfilm sur la jeunesse de Christian Karembeu, qui sera tourné en mars. Une trentaine de rôles, ainsi qu’une petite centaine de figurants, sont à pourvoir.

L’interprète de Karembeu devra être « charismatique et athlétique », souligne Alain Mardel, directeur du casting.

 

Kanak, l’histoire oubliée. Voilà le titre, encore provisoire, de ce téléfilm produit par Endemol Fiction et destiné à être diffusé sur France Télévisions. Réalisé par Stéphane Kappes, il retracera la période-clé où, à l’âge de 17 ans, Christian Karembeu est remarqué par l’entraîneur Marc Kanyan et s’interroge sur l’opportunité d’un départ vers Nantes. Nous sommes en 1988, avec les Evénements en toile de fond. C’est aussi le moment où le jeune footballeur, découvrant une photo de l’exposition coloniale de 1931, apprend que son arrière-grand-père y a été exhibé. « On ne lui a pas tout dit. Il cherche à connaître la vérité. Ce n’est pas une histoire footballistique. Il y a de très beaux personnages et des dialogues émouvants », explique Alain Mardel, chargé de diriger le casting du téléfilm sur le Caillou.

Instinct. Les racines kanak et la famille occupent une large place dans le scénario. Ainsi, parmi la trentaine de rôles à pourvoir, dont celui de Christian Karembeu, figurent notamment ceux de son père, sa mère, ses deux oncles, son grand-père et un ami de son arrière-grand-père, sans oublier ceux de Marc Kanyan et de Nicolas, un ami de Christian. Débuté il y a trois semaines et clôturé mi-février, le casting s’adresse ainsi avant tout à des Kanak (*), avec trois tranches d’âge principales (18-25 ans, 35-55 ans et 70-80 ans). Avec ou sans expérience, les postulants se voient remettre un petit texte et sont ensuite filmés par Alain Mardel, qui envoie le tout à la production à Paris. Le casting pour les acteurs se déroule chaque matin au Centre d’art, à Nouméa, les séances à Canala concernant d’abord les figurants. Alain Mardel se dit agréablement surpris : « Les Kanak ont un jeu d’instinct, très naturel, qui est très intéressant pour le cinéma. Ce serait plus difficile au théâtre, qui est plus technique. On a déjà des pistes pour certains personnages, mais rien n’est encore décidé. » Le comédien et metteur en scène affirme vivre « une belle aventure » avec ce casting : « Beaucoup de personnes qui viennent nous voir sont de Canala ou de Lifou et connaissent la famille Karembeu. Ils nous racontent des anecdotes. Ils sont très motivés et très fiers de jouer un rôle qui appartient à l’histoire de la Nouvelle-Calédonie. »

Engouement. Un engouement que confirme Sylvain Lorgnier, chargé des castings à Canala : « Je reçois un accueil très chaleureux. Le fait de raconter l’histoire d’un jeune de Canala motive les troupes. Les gens sont curieux. Le film raconte le choix d’un jeune de partir ou pas, c’est une problématique très actuelle dans les tribus. » Parcourant les tribus comme Nakéty ou Gélima à la recherche de « 75 à 100 » figurants, « des hommes et des femmes kanak de 17 à 80 ans, mais surtout des hommes de 17-25 ans », Sylvain Lorgnier a déjà accroché une centaine de volontaires. « C’est étonnant, plus de la moitié se sont proposés pour avoir un rôle parlant. Pour la majorité, j’ai été bluffé par leurs quelques mots. Il y a un potentiel. Ce téléfilm peut peut-être faire émerger des comédiens sur Canala, comme cela a été le cas à Ouvéa (avec L’ordre et la morale, NDLR). »

(*) Trois rôles secondaires concernent « des Caldoches d’une quarantaine d’années ».

 

8

Le début du tournage est prévu le 8 mars, à Canala. Après quinze jours dans la commune, il s’achèvera par quinze autres jours à Nouméa.


Qui contacter ?

Pour le casting à Nouméa, contacter Alain Mardel au 77 20 52. Pour Canala, Sylvain Lorgnier (75 43 72) sera sur place du lundi 30 janvier au samedi 4 février, avec deux séances ponctuelles au faré de la mairie le mardi 31 et le mercredi 1er de 8h à 12h. Les rôles de figurants sont rémunérés entre 6000 et 7000 francs par jour.


26/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres