Après Blog Service

Après Blog Service

Sept cents artistes attendus au Festival des arts mélanésiens

Dim 05 Sep 2010 |20:00, Les Nouvelles Calédoniennes.

Ils sont déjà prêts ou répètent encore pour ce qui sera l’événement de cette année. 350 artistes calédoniens participeront du 12 au 24 septembre, au IVe Festival des arts mélanésiens. La troupe Wenekuka de Lifou et le peintre Gilles Subileau en font partie.

A la nuit tombée, les pieds dans l’herbe, les étoiles au-dessus de la tête, leurs corps s’animent en rythme. Chaque week-end, les danseurs de la troupe Wenekuka se retrouvent pour répéter à Xodre, leur tribu, située au nord de Lifou. Ils affinent les gestes des deux danses spécialement créées pour le IVe Festival des arts mélanésiens, qui débutera dimanche prochain à Koné. Une vingtaine d’entre eux participeront d’ailleurs au spectacle d’ouverture de ce grand événement pour lequel un millier d’artistes sont attendus. Les danseurs drehu feront partie de la pirogue du Nord et se produiront ensuite à Hienghène et à Canala. « À l’origine, on ne dansait que pour le grand chef : c’est le rôle de la tribu de Xodre dans la chefferie, décrit Georges Saihuliwa, le responsable artistique. En 2007, on a créé l’association pour nous produire également à l’extérieur. »
La prestation du festival sera assurée par des filles et garçons, âgés de 12 à 20 ans. Une façon de les responsabiliser et de leur passer le relais. Les deux danses créées pour l’occasion sont basées sur le fehoa, rythme traditionnel  inspiré du claquement des vagues sur les falaises qui longent la tribu. Le thème du Festival étant « Notre identité, elle est devant nous », Georges Saihuliwa, le compositeur, a créé un chant qui « relate le quotidien des jeunes de la tribu, avec leurs racines, mais en 2010. Les chants traditionnels relatent la constitution de la tribu, la place des clans. Les enfants chantent et dansent comme les vieux avant. Il y a une continuité. C’est à travers les chants et la danse que l’on peut transmettre notre culture à nos enfants. Nos anciens nous ont laissé la danse en héritage. »

On se rencontre, on pioche mutuellement dans les idées des uns et des autres. 

Le Festival des arts sera aussi un carrefour entre l’art traditionnel et l’art contemporain. Gilles Subileau n’a, lui, rien créé spécialement pour le Festival.  Mais les visages océaniens qui ornent ses toiles s’inscrivent parfaitement dans l’esprit de l’événement. Ses peintures seront à découvrir à La Foa et à Bourail.
« Mon travail consiste à représenter le monde océanien dans toute sa diversité. J’aime peindre des types de visage que l’on observe chez les danseurs. » L’artiste n’en est d’ailleurs pas à son premier Festival des arts mélanésiens, qu’il vit comme un moment artistique privilégié. « On se rencontre, on pioche mutuellement dans les idées des uns et des autres. Les Papous ont, par exemple, une manière de se présenter qui est fabuleuse, avec leurs os de cochons, leur voix grave. Ça me fait rêver et nourrit mon  imaginaire. La peinture est un art assez neuf en Océanie. J’ai un gros travail à effectuer pour proposer une peinture typique de l’Océanie. »
Avec la participation de plus de sept cents artistes, dont 400 issus des Salomon, de Fidji, de Papouasie ou du Vanuatu, ce festival s’annonce déjà très riche en rencontres et en partage.

Angélique Rouquié et Catherine Léhé

 

Les temps forts

 

  • L’ouverture, à Koné, dimanche 12 septembre

La cérémonie d’ouverture se déroulera à Koné, commune où ont été découvertes les premières traces de la civilisation Lapita. Après l’accueil des délégations étrangères, les cérémonies coutumières et les discours, un spectacle retraçant le mythe fondateur kanak sera présenté, à 18 heures, et retransmis en direct à la télévision. Il aura lieu sur le site Pomemi sur un tertre de terre de 600 mètres carrés, créé à l’arrière du centre culturel. 128 participants animeront cinq tableaux qui relateront l’histoire du premier homme kanak. C’est de Koné que partiront ensuite les trois « pirogues » virtuelles composées d’artistes de tous les pays participants : l’une vers le Nord, l’autre vers les Iles, et la dernière vers le Sud, à destination des différentes communes où se déroulera le festival.

  • Le quai des arts, à Nouméa, du 16 au 24 septembre

Le quai James Cook, à Nouméa, sera transformé en immense lieu d’accueil des artistes du 16 au 26 septembre. Il débutera par le Jeudi des Arts mélanésiens, à 17 heures. « Nous ouvrirons le quai des arts, décrit Déwé Goroday, membre du gouvernement chargé de la culture, avec des artistes et le symbole des conteneurs, pour montrer que la culture contemporaine se construit aujourd’hui à partir de ce que l’on reçoit d’ailleurs et du voyage. » Diverses animations y seront proposées : marchés, stands associatifs, démonstration, conférences et projections de films.

  • Au centre Tjibaou, à Nouméa, du 17 au 24 septembre

Le centre accueillera tous les arts vivants du festival tout au long de la semaine. Le public pourra s’y rendre gratuitement. Un grand colloque sur les langues mélanésiennes y sera également organisé, les 21 et 22 septembre, en salle Sissia.

  • Concerts « Mélanésia 2010 », les 23 et 24 septembre

Deux concerts sont prévus sur le site du centre culturel Tijbaou, les 23 et 24 septembre. Les plus grandes stars de la Mélanésie y participeront dont les artistes produits par Mangrove, qui fête aussi ses vingt ans d’existence. Sur scène : Mexem et Edou, Naïo, Vamaley, Dick et Hnatr, Black Rose, Anslom et Sharzy. Un concert gratuit mais limité en nombre de spectateurs le premier soir. Pour gagner des places, il faut envoyer le mot Mélanésia par SMS au 3030 avant le 23 septembre. Le concert sera aussi retransmis à la télévision.

  • La cérémonie de clôture, le 24 septembre
Elle se déroulera sur la place du Mwâ kââ, à Nouméa, dans le cadre de la Fête de la citoyenneté. À cette occasion, l’hymne calédonien voté le mois dernier par les élus du Congrès devrait être interprété pour la première fois. Les délégations étrangères participeront à la cérémonie et les festivaliers défileront de l’avenue du général de Gaulle à la place du Mwâ kââ.


06/09/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres