Après Blog Service

Après Blog Service

Tourisme: le modèle maori inspire

Les Nouvelles Calédoniennes. Publié le mardi 03 avril 2012 à 03H00

Dans le domaine du tourisme culturel ou indigène, la Nouvelle-Zélande est considérée comme un leader mondial et il faut rendre à César ce qui appartient à César : de nombreux Maoris sont à la tête d’entreprises touristiques.

 

A l’heure où le tourisme culturel ou indigène gagne du terrain les Maoris se démarquent sur la création d’entreprises.

 

Plusieurs pays du Pacifique ont beaucoup appris du modèle néo-zélandais lors de la conférence inaugurale sur le tourisme indigène en Asie et dans le Pacifique, qui vient de se dérouler à Darwin, tout au nord de l'Australie. Des Maoris, on connaît surtout le guerrier haka, popularisé sur les terrains de rugby par les redoutables All Blacks. Mais ce peuple polynésien venu en Nouvelle-Zélande dès le IXe siècle, et qui représente aujourd'hui 15 % de la population, a bien plus à partager et à montrer. Butch Bradley, directeur des opérations de l'Office du tourisme maori de Nouvelle-Zélande, nous a confié que le succès est venu après une augmentation du nombre de Maoris à la tête d'entreprises touristiques. « En Nouvelle-Zélande, on a toujours dit : veux-tu conduire le bus ou être propriétaire du bus. Et maintenant, nous sommes arrivés au point où la société de transport nous appartient », explique M. Bradley. « La différence est le contrôle de la  qualité culturelle au sein même de la gestion dans le sens ou la culture n'est pas un produit que l'on trouve toujours partout. Les gens veulent venir en Nouvelle-Zélande pour goûter à la culture maorie avec des Maoris. Son caractère unique entre toutes les cultures et tous les pays. »

Business. Si les touristes se disent généralement fascinés par leur rapport avec la nature et la simplicité de leur mode de vie, il ne s'agit pas uniquement de culture mais aussi d'affaires puisque des sociétés maories sont à la tête de casino, d'hôtels et centres commerciaux. La question aujourd’hui se pose de savoir comment le système maori pourrait aussi fonctionner à travers le reste du Pacifique.
A l’heure où le tourisme culturel ou indigène gagne du terrain, les Maoris se démarquent sur la création d’entreprises. « Des Maoris ici sont à la tête de bonnes entreprises comme ceux qui proposent des parcours à grande vitesse dans les rivières et ça a beaucoup de succès, » poursuit Butch Bradley. « Et là il n'y a pas de composant culturel. Mais le tourisme, c'est prendre soin des attentes des visiteurs. Il n'y a peut-être pas de composant culturel, mais les visiteurs voient que ces sociétés sont dirigées par des Maoris et qu’ils sont accueillis en fonction  de leurs traditions et de leurs protocoles. »

Economie. Agé de 31 ans, Daniel Kaulana Heretaunga participe à des spectacles mettant en scène la culture maorei en environnement naturel. Cela fait trois ans qu'il travaille avec le village Tamaki Maori. Selon lui, il est important pour les communautés maories de partager leur culture avec les visiteurs. Cela garantit la survie des traditions indigènes du pays.
La popularité dont jouit actuellement le tourisme maori est aussi importante pour l'économie du pays que pour la survie de sa culture.
D'après les statistiques du gouvernement, le tourisme a récemment dépassé l'industrie laitière de la Nouvelle-Zélande comme principal produit d'exportation.
Toutefois, les citoyens du pays sont de plus en plus préoccupés par le déclin de la langue maorie. Peu de jeunes font l'effort de l'apprendre et elle est de moins en moins utilisée dans la vie quotidienne.



03/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres