Après Blog Service

Après Blog Service

Trois atolls 100 % solaire

Les Nouvelles Calédoniennes. Publié le mercredi 07 novembre 2012 à 03H00

 

Tokelau. L’archipel se met aux énergies renouvelables

 

Le petit archipel de Tokelau, dépendance néo-zélandaise, a lancé en fin de semaine dernière la première tranche d’un ambitieux projet visant à atteindre un objectif du tout-solaire au cours des prochaines années. Une première. 

 

Poussée par la Nouvelle-Zélande, leader en matière d’énergie renouvelable, Tokelau se lance dans l’installation de quelque 4 000 panneaux solaires.

Poussée par la Nouvelle-Zélande, leader en matière d’énergie renouvelable, Tokelau se lance dans l’installation de quelque 4 000 panneaux solaires.

 

L’archipel de Tokelau va devenir la première région du globe entièrement alimentée à l'énergie solaire. Un bond remarquable vers l’énergie durable, assorti d’une économie majeure à long terme.

Car si le financement de l’opération par la Nouvelle-Zélande s’élève à hauteur d’environ 7,5 millions de dollars locaux (600 millions de francs Pacifique), les groupes électrogènes engendraient jusqu’ici une facture en diesel de l’ordre d’un million de dollars néo-zélandais (79 millions de francs) par an.

Selon Powersmart Solar, société néo-zélandaise chargée de la mise en œuvre, plus de 1 500 panneaux solaires (sur environ quatre mille prévus au total) ont déjà été installés et connectés.

Ce lancement a d’ores et déjà permis de réduire considérablement le nombre de coupures de courant quotidiennes, dont les habitants insulaires avaient l’habitude, avec l’ancien système de groupes électrogènes alimentés au diesel.

 

Frein.

Les deux prochains atolls à bénéficier de l’installation de l’énergie photovoltaïque sont ceux de Nukunonu et d’Atafu (proche de la capitale), d’ici la fin 2012.

Une fois ce programme entièrement mis en place, Tokelau (peuplé de moins de quinze cents habitants) pourra se targuer d’être devenu le premier État au monde à s’être doté de près de cent pour cent en énergies renouvelables.

« Nombre de nos voisins du Pacifique dépendent de carburants fossiles onéreux pour la production de leur électricité. Et cela constitue un frein à leur développement économique. En tant que leader en matière d’énergie renouvelable, nous nous sommes engagés à soutenir la mise en service de technologies de ce genre dans notre territoire de Tokelau et dans d’autres points du Pacifique », soulignait en fin de semaine dernière Murray McCully, ministre néo-zélandais des Affaires étrangères.

 

Projet-phare.

Des projets similaires sont aussi engagés par le gouvernement néo-zélandais, dans le cadre de sa coopération avec Tonga (projet solaire inauguré fin juillet, puissance nominale d’un Mégawatt), les îles Cook, Samoa et Tuvalu.

À Vanuatu, en marge d’un récent sommet l’ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique) et l’Union Européenne mi-juin, Andris Piebalgs, commissaire européen au développement, a signé avec le Premier ministre de Vanuatu, Sato Kilman, une contribution européenne de 2,5 millions d’euros, à un projet de mise en place d’énergies renouvelables.

Ce projet-phare prévoit la mise en place d’un site de production d’électricité photovoltaïque jouxtant un site existant de ferme éolienne, à la Pointe du Diable (aux environs de la capitale Port-Vila).

Pour Nauru, c’est Taïwan qui a remis fin juillet aux autorités locales un chèque de 100 000 dollars US pour la mise en place d’une unité de production de 130 panneaux solaires.

À Fidji, le département gouvernemental de l’énergie annonçait lundi 13 août 2012 l’achèvement de l’installation de quelque 2 400 modules individuels dans la partie Nord de l’archipel, en particulier dans les villages de Cawaro, Vunikodi, Druadrua, Qaranivai et Dreketi.

 

Japon.

Le coût total de ce projet, financé par le PEC (Pacific environment community) fonds communautaire pour l’environnement océanien, s’élève à près de trois millions de dollars US.

Ce même fonds, alimenté par le Japon, a récemment contribué à hauteur de 4 millions de dollars US à un projet photovoltaïque à Kiribati (400 Kilowatts au sud de la capitale Tarawa).

D’une manière régionale, le PEC consacre plus de 65 millions de dollars US à des projets d’énergies renouvelables aux îles Cook, à Fidji, Nauru, Samoa, aux îles Salomon et à Tuvalu.

 

Avec News Pad



07/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres