Après Blog Service

Après Blog Service

Un an de chantier à supporter


 
Au train où vont les choses, la traversée du centre-ville va commencer à se métamorphoser d’ici un an. Après avoir supporté un nouveau chantier routier, les Mondoriens devraient circuler sur une deux fois deux voies, avec feux tricolores et pistes cyclables.

La traversée aux multiples visages

C’est l’un des grands défis du centre-ville tel qu’il se positionne au Mont-Dore: il va se développer de part et d’autre de la seule route à desservir toute la commune. Une route qui voit passer chaque jour 25 000 à 30 000 véhicules, soit davantage qu’au péage de Koutio, insistait jeudi un urbaniste de la mairie en conseil de quartier ! Pour adapter cette traversée au projet de centre urbain, bonjour le casse-tête des aménageurs. Ils doivent conjuguer le trafic routier qui ne fait que passer, une circulation de type urbain et des installations de qualité.

1300 mètres à requalifier

Le chantier qui pend au nez des Mondoriens ne consistera donc pas à « simplement » refaire la chaussée. Il s’agira de métamorphoser la traversée de ce centre-ville. Comment ? En « requalifiant » la route provinciale en boulevard urbain sur 1 300 mètres : d’abord entre le rond-point des Sports, à Boulari, et le carrefour d’Ah-Yen (750 mètres), puis jusqu’au futur lycée du Mont-Dore, à Saint-Michel (450 mètres).

Du deux en un

Mireille Münkel, la directrice de l’Équipement à la province Sud, est venue en personne, mardi, expliquer au conseil municipal le principe des opérations et à quel stade se trouve le projet. Le scénario vers lequel on se dirige combine les deux solutions proposées d’après l’étude de circulation réalisée l’an dernier par le cabinet Egis. La route actuelle serait d’abord transformée en deux fois deux voies, le système qui semblait le plus adapté au trafic. Mais la voie située sur le côté deviendrait une voie réservée au transport en commun en site propre le jour où ce dispositif sera une réalité – un horizon espéré pour 2017. La circulation automobile se contenterait alors de deux fois une voie.

Les feux débarquent

Ce projet de requalification prévoit d’aménager deux carrefours à feux tricolores. Le système, a précisé Mireille Münkel, permet notamment de donner la priorité au TCSP et de gérer les flux de circulation. L’un d’eux se trouverait à l’intersection entre la route provinciale, la rue qui marque la sortie du collège de Boulari et l’accès à la mairie. L’autre desservirait la sortie de la résidence Takaroa et la rue des Cocotiers qui mène au magasin Ah- Yen, aux futurs logements de la butte Estienne et à toute une partie de Saint-Michel. Des traversées piétonnes sont prévues à chaque carrefour ainsi qu’au droit de la place des Accords.

Vu de profil

Robinson ou le Pont-des-Français sont traversés par des tronçons transformés de longue date en boulevard urbain. Au centre-ville, la route devrait se présenter sous la forme de deux fois deux voies larges de 3,2 mètres. Au milieu, un terre-plein. De part et d’autre, un trottoir de deux mètres et, côté mer, entre la voie latérale et le trottoir, une piste cyclable de 2,5 mètres. Ainsi la nouvelle traversée doit-elle encourager les modes de circulation « doux ».

900 millions du kilomètre

Cher, très cher, de construire un morceau de ville et la desserte routière qui va de pair. Sur la première portion, la requalification de la route est estimée à 675 millions, hors mobilier urbain. Ou, pour le dire autrement, un coût moyen de 900 millions le kilomètre.

Françoise Tromeur

 

Repères

  • En cours

A ce jour, le programme de requalification finit de se mettre en place. L’avant-projet détaillé est en cours et plusieurs points restent à finaliser. Par exemple, le réaménagement du parking qui dessert la mairie, puisque l’emprise de la nouvelle route va le grignoter.

  • 117 logements dans les cartons

Jeudi soir, un autre projet a été présenté aux riverains lors du conseil de quartier de Boulari. Le programme résidentiel de la SCI Jeorca, qui prévoit de construire six bâtiments entre les rues Chaplin et Pagnol. L’ensemble représenterait 117 logements. C’est environ cinquante de moins que le projet d’origine, qui a été revu à la baisse sur demande expresse de la commune.

 

 

 

Un trimestre à préparer

Lundi dernier, un détail a contribué au bouchon matinal qui s’est étiré jusqu’à La Coulée. Une traversée de chaussée effectuée le samedi précédent devant la mairie, en profitant sagement d’un trafic moins important qu’en semaine, avait laissé un creux sur la route et les automobilistes freinaient pour le franchir.
Ce tout petit exemple le montre, il est quasi impossible de travailler sur cette portion sans créer des perturbations conséquentes. Si la province Sud inscrit à son budget les crédits nécessaires pour requalifier la traversée du centre-ville, le chantier devrait se dérouler l’année prochaine et jusqu’à courant 2013. Mais le premier trimestre 2012 sera consacré à une préparation minutieuse du chantier, justement pour limiter les nuisances.

 

 



28/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres