Après Blog Service

Après Blog Service

Un forum éducatif plein de bonnes résolutions

La province Nord a convié, hier matin, les chefs d’établissement scolaire et d’internat du privé et du public, les inspecteurs et conseillers pédagogiques du Nord à son « Forum de rentrée 2011 », en présence du vice-recteur et de la chargée de l’enseignement au gouvernement.

«Vous êtes ici dans l’hémicycle, un lieu où les élus que le peuple a choisis s’expriment pour dire ce qu’ils pensent librement, a entamé Jean- Pierre Djaïwé, vice-président de la province, en ouverture de la matinée. C’est ici que s’exprime une notion importante de notre société : la démocratie. » Et d’enchaîner en parlant en substance du nécessaire prolongement de transmission des valeurs de « démocratie et de respect dans vos établissements ».

Professionnels. Puis Sonia Backes, en charge du secteur de l’enseignement au gouvernement, a commencé son propos en expliquant pourquoi elle était à Koné, alors que le gouvernement vit ses dernières heures. « J’ai fait le choix de venir car l’enseignement n’est pas qu’une affaire politique. C’est avant tout l’affaire de professionnels qui continuent à assurer les cours dans leurs classes dans l’intérêt des élèves. »
Ceci étant posé, elle a souligné que 2011 est une année particulière puisque « nous allons avoir le transfert de compétence en 2012. Transfert qui doit apporter une plus-value au système éducatif calédonien ». Sonia Backes a poursuivi sur le « projet éducatif qui doit poser comme valeur principale l’égalité des chances dans chaque établissement pour les enfants en difficulté tout comme pour les enfants précoces ».

«La politique éducative est de favoriser la formation des hommes dans un contexte d’émancipation institutionnelle du pays.»

Et de conclure par une seconde valeur, essentielle à ses yeux : « L’implication des familles. Que les parents trouvent leur place au sein de l’école ».
Rock Doui, président de la commission provinciale de l’enseignement, a rappelé que « la politique éducative et de formation de l’institution est de favoriser la formation des hommes dans tous les domaines, dans un contexte d’émancipation institutionnelle du pays ». Cette orientation sous-entend pour lui de « construire ou rénover les structures scolaires tant privées que publiques. De mettre en place une structure d’hébergement pour nos étudiants dans le Sud, le projet étant déjà budgété pour sa partie étude. Enfin, de généraliser l’enseignement des langues kanak dans nos écoles primaires en partenariat avec le gouvernement ».
Et Rock Doui de souligner, « cinq postes de chargés demission ont été créés et la mise en place d’un statut pour les intervenants en langue de l’association Mere à Xere est en réflexion. »

Action. Le vice-recteur, Ives Melet, a pour sa part rebondi sur l’année charnière qui s’ouvre en déclarant le moment important, « car c’est une nouvelle étape dans lamise en place de l’accord de Nouméa. 2010 a été une année de réflexion. 2011 et 2012 seront celles de l’action. Et il est essentiel que les parents soient associés. L’objectif est que tous les élèves de 16 ans aient acquis un bagage commun de connaissances ». Ives Melet pense aussi que « la rentrée des élèves dans le nouveau lycée de Pouembout pourrait se faire en 2015 ».
Après ces prises de paroles, les directions de la province (Defij, Culture, DassPS, DSASE) ont tour à tour brossé les grandes lignes des actions éducatives de leurs secteurs respectifs. Le directeur de la Defij*, Victor Ankaiouliwa, a notamment livré une « photo » des effectifs, enseignants et élèves, en précisant que « la rentrée a été différée au 21 février pour cause de retard de travaux dans certaines écoles de Houaïlou, Koné et Touho ». Une explication sur ces retards ? « On n’a que les vacances scolaires pour faire les gros travaux répond Nicolas Guillemard, directeur adjoint de la Defij. Ça va très vite et les entreprises de construction sont très sollicitées. De plus, certaines ne jouent pas toujours le jeu. »

Xavier Heyraud

*Defij : Direction de l’enseignement, de la formation, de l’insertion et des jeunes.

 

 

La rentrée en chiffres

Le directeur de la Defij a donné quelques chiffres afin de donner une « photo de la situation » en prenant bien soin de préciser que ces chiffres n’étaient que provisoires en ce qui concerne 2011 et qu’ils seraient affinés par la suite.
En prenant en compte toutes les écoles, les collèges et les lycées, tant privés que publics, et les MFR (Maisons familiales et rurales), la Defij décompte environ 13 160 élèves scolarisés en province Nord, soit une bonne centaine de plus que l’an dernier.
Concernant seulement les écoliers, les élèves sont répartis dans 49 écoles pour un total de 274 « enseignants devant élèves ». Un nombre auquel il convient d’ajouter 5 psychologues scolaires, 17 instituteurs spécialisés et 18 enseignants pour les langues et la culture kanak, plus 8 assistants en langue de l’association Mere a Xere, et 4 coordinateurs, un par aire linguistique.
Enfin, il y a eu six ouvertures de classe contre cinq fermetures.

 

 



24/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres