Après Blog Service

Après Blog Service

Coût de la rentrée : combien perd votre porte-monnaie d'étudiant ?

Par Sophie Verney-Caillat | Rue89 | 23/08/2010 | 13H38

« Le coût de la vie étudiante augmente cette année de 4,3% », selon le chiffre calculé par le syndicat étudiant Unef, soit trois fois plus vite que l'inflation. En cause notamment, le poids des loyers qui représentent 50% du budget étudiant. Et vous, comment gérez-vous votre porte-monnaie ?

L'Unef réalise son enquête chaque année à partir des chiffres globaux fournis par l'Insee ou le Cnous. (Téléchargez le document)

Mais toujours sans interroger les premiers concernés, les étudiants. Dont les niveaux de vie varient considérablement : entre Alexandre, apprenti ingénieur à 1440 euros par mois, Alexandre (encore), externe à 422 euros par mois et Judy, actrice porno, 525 euros par mois, il y a un gouffre que les petits boulots viennent compléter.

Si vous, riverains étudiants, nous fournissez en commentaires les revenus et dépenses de votre porte-monnaie, nous tenterons d'identifier ce qui, en France, creuse les inégalités entre étudiants, et de déterminer leur revenu moyen.

Le cumul demi-part fiscale/APL touche 550 000 familles

Le syndicat a calculé les dépenses, mais il manque une inconnue de taille : les revenus. En effet, le ministère de l'Enseignement supérieur n'a toujours pas annoncé le montant de la revalorisation des bourses pour l'année scolaire 2010-2011, alors que plus d'un étudiant sur trois est concerné.

Aussi, la mise en place d'un dixième mois de bourse, promis par le gouvernement mais toujours pas entériné, pourrait améliorer nettement la condition des plus modestes.

Côté recettes encore, la suppression de la demi-part fiscale pour les foyers dont les enfants étudiants touchent une aide au logement (APL) concernerait, à la rentrée 2011, quelque 550 000 étudiants et leurs familles, qui perdraient entre 40 et 180 euros par mois chacune, selon l'Unef.

Selon l'Unef, le coût du loyer restant à la charge de l'étudiant aurait augmenté de près de 125% depuis 2001. C'est pourquoi le syndicat, qui a lancé un simulateur en ligne sur le manque à gagner, exige du gouvernement qu'il renonce, lors du débat budgétaire à l'impossibilité de cumuler APL et demi-part fiscale.

Mieux vaut être non-boursier, en Master, et habiter chez ses parents

Autre exercice comptable auquel se livre l'Unef, le coût de la rentrée scolaire, en hausse de 3,3% en moyenne. Ces frais représentent « désormais 20% du budget total des étudiants pour le mois de septembre », déplore la Fage, autre syndicat étudiant.

Parmi les dépenses recensées en forte hausse :

  • Les loyers, en hausse de 8,1% en région parisienne -ils augmenteraient de 5,6% en province.
  • La nourriture  : le ticket de resto U augmente de 10 centimes, soit 3,45%.
  • Les droits d'inscription : en hausse de 2,4% en moyenne (+1,7% en master et +2,6% en master et doctorat).

Selon sa situation, l'étudiant subira plus ou moins nettement cette hausse du coût de la vie : mieux vaut être non-boursier, en Master, et habiter chez ses parents (+1,86% à débourser) que boursier, échelon 5, en licence, en province (+6,26%).

Au cabinet de la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, on a calculé une inflation hors tabac de 1,6% pour les étudiants. (Voir le tableau)

Si le ministère impute cette inflation également en grande partie au loyer, il souligne que les boursiers sont dispensés de frais d'inscription et de cotisation d'assurance maladie, et que « pour alléger le coût de la rentrée, les frais d'inscription sont payables en trois fois ».

Nous comptons sur vous pour comparer les chiffres du coût de la rentrée mentionnés en pages 14 et 15 du document joint, afin de vérifier les données de l'Unef et les interpréter à l'aune de vos situations personnelles.

Mis à jour le 23/08 à 16h25 avec ajout des chiffres du cabinet de Valérie Pécresse.



27/08/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres