Après Blog Service

Après Blog Service

De l’école coloniale à l’école d’émancipation

 

Comment donner plus de chances aux enfants kanak et océaniens dans le système scolaire ? À l’aube d’un saut institutionnel majeur sur ce terrain, et afin de préparer son projet de société, le Front a décortiqué la problématique de l’enseignement en Calédonie. Le constat est parfois sévère.

À un moment, le vieil André a pris le micro : « Beaucoup de jeunes disent : "J’ai conquis la langue française et le système scolaire." »  Pourquoi « conquis » ? « Parce qu’il y a des freins », ajoute le vieux. Ennuyeux, sur la route du destin commun.

Le FLNKS a mis la tête dans le moteur lors d’une convention tenue samedi, à Sarraméa, un lieu symbolique. De cette région, est partie en 1878 la révolte d’Ataï, le grand chef kanak opposé aux colons français. Un clin d’œil de taille pour la première des quatre démarches thématiques, programmées sur toute l’année et vouées à préciser le projet de société du Front.

L’actuelle réflexion sur l’enseignement vise à préparer son versant éducatif, mais aussi à apporter une participation au « grand débat sur l’avenir de l’école calédonienne » cher au président du gouvernement, Philippe Gomès, puis au projet d’une loi d’orientation et de programme. Le chemin vers le transfert de l’enseignement secondaire public et privé se dessine, le 1er janvier 2012 n’est pas si loin. Et la direction idéale ne suscite pas de tergiversations chez les indépendantistes. « Cet héritage d’une école coloniale, observe Yvon Faua, pilote de la convention avec Danielle Guaenere, nous voulons en faire une école d’émancipation. »

L’école « indigène » - sa véritable dénomination -, en place de 1885 à 1945, est certes derrière, mais le tableau noir ne semble pas tout rose pour les petits. « Ce qui pose question, assure Jean-France Toutikian, de l’Union des groupements de parents d’élèves, c’est que ces jeunes qui ont décroché sont majoritairement des enfants kanak et océaniens. »

 

« Ces jeunes qui ont décroché sont majoritairement des enfants kanak et océaniens. »

Un colloque, concocté en 2002, avait tenté de cerner des constats et des problématiques. Pêle-mêle : taux de réussite bien différents selon les localités ou les provinces, rythme scolaire trop élevé, enseignants non formés aux relations avec les parents, langues kanak à soutenir... Gros hic, l’observatoire de l’enseignement chargé de conduire le suivi des recommandations « n’a jamais été mis en place », pointe Marguerite Declercq. Et « peu de propositions ont vu un début d’application ».

La conclusion générale est aujourd’hui amère, d’après le FLNKS : « Le système éducatif nous étouffe et ne nous comprend pas. » À prendre avec des pincettes, car non-officiels, des chiffres livrés à Sarraméa par l’UGPE appuient cet avis sur un décalage entre communautés. À la lecture des résultats des deux tours du baccalauréat 2009, séries générales, les élèves kanak représentent 23 % des candidats lauréats, selon les données de l’organisation, contre 69 % de jeunes d’origine européenne. Tous bacs confondus, les Mélanésiens se hissent à 35 %, contre 48 % de garçons et filles caldoches ou métropolitains... Même si des progrès incontestables sont soulignés, comment rétablir l’équilibre ? Comment faire pour que « nos enfants puissent trouver leur place dans le destin commun », s’interroge Gérard Reignier, membre du Front ? Étudié samedi, le schéma élaboré en Finlande, une référence en termes de performance au regard du classement PISA 2006 (Programme for International Student Assessment), peut donner des idées. Notamment sur la valorisation de l’élève et l’adaptation du système. Le chantier est énorme. Et l’histoire en témoigne, les problématiques sont connues, selon l’intervenant Gérard Lavigne : dans l’ouvrage La présence Kanak, « Jean-Marie Tjibaou posait déjà la question des programmes et de la finalité de l’école pour chercher à déboucher sur un développement humain, intégrant l’homme et pas seulement l’Homo economicus, le salarié ».

 

Yann Mainguet

LNC, 22/03/2010

 

1984

Abrogé seulement en 1984, le décret Guillain de 1863 interdisait l’usage à l’école des « idiomes indigènes », ou langues locales. Du moins, en théorie.


« La mise à l’écart des filières de la réussite »   

Questions à... Yvon Faua, membre RDO du FLNKS.

Les Nouvelles calédoniennes : Quelles critiques le FLNKS adresse-t-il au système éducatif calédonien ?

Yvon Faua : Un constat est réalisé : le système éducatif dont nous héritons est bien celui de la colonisation. Dans les points négatifs - il y en a aussi des positifs -, on note la mise à l’écart de nos populations, kanak ou océaniennes, des filières de la réussite. Par essence, ce système est élitiste. Et nous n’étions pas concernés par cette élite. Chose qui se rattrape, tout de même, au fur et à mesure de l’application de l’accord de Nouméa. Une autre critique est émise, celle de ne pas avoir suffisamment pris en compte l’environnement. On a « copié-collé » le système éducatif français métropolitain sur un territoire qui est celui de la Nouvelle-Calédonie. Et, de fait, on a peu regardé ce qui relevait notamment de la géographie humaine. À partir du moment, en 2009, par exemple, où les épreuves du bac ont été passées, pour l’écrit, dans les lycées auxquels appartenaient ces jeunes, le taux de réussite a bondi.

 

La prise en compte des langues kanak est, par ailleurs, jugée...

Tardive ! On en revient à la problématique de la prise en compte des réalités locales dans ce système éducatif. Les langues et la culture kanak, voilà une revendication essentielle du FLNKS. Le détour a été de confier cette tutelle aux provinces qui ont organisé cet enseignement de manière différente. On se rend compte que, dans le Sud, au regard de la population, les efforts faits restent limités par rapport à ceux du Nord ou des Îles. C’est un des points sur lesquels le FLNKS veut faire pression.

 

En parallèle du rééquilibrage économique, est évoquée la nécessité d’un rééquilibrage de formation.

On va créer, de par l’essor économique, aujourd’hui et dans les années à venir, des offres d’emploi auxquelles nos enfants ne pourront pas répondre, parce qu’ils n’auront pas bénéficié de la formation adéquate. Nous voudrions qu’un effort particulier soit fait, à l’occasion du transfert de l’enseignement du secondaire et du privé. L’émancipation du pays passe par l’émancipation de nos jeunes qui est d’abord l’affaire de notre système éducatif.

 

 



22/03/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres