Après Blog Service

Après Blog Service

Envoyée spéciale du Défap au Cinquantenaire de l'EENCIL et de l'ASEE à Nouméa !!

En direct depuis Nouméa, votre envoyée spéciale, Elisabeth (tiens, ça vous dit quelque chose ?!?), vous donne des infos d'actualité sur le cinquantenaire de l'EENCIL et de l'ASEE...

Voici l'article paru le 28/07/2008 dans les Nouvelles Calédoniennes :

À Ko We Kara, 15 000 personnes ont fait chemin ensemble

 

Le cinquantenaire de l’Église évangélique protestante et de l’Alliance scolaire s’est clôturé hier après-midi. Après quatre jours de commémoration, de partage et de fête, les 15 000 participants sont finalement passés entre les gouttes.



Ce cinquantenaire marque l’anniversaire de l’existence légale des deux associations loi 1901 que sont l’Église évangélique en Nouvelle-Calédonie et l’Alliance scolaire, car c’est en 1958 qu’elles furent officialisées. Mais, en réalité, leurs origines remontent aux années 1840, pour l’Église, et 1903, pour l’école protestante.
« Faire chemin ensemble » C’était le thème choisi par le synode général pour fêter les cinquante années passées, mais aussi pour s’ouvrir sur l’avenir et réfléchir aux cinquante années à venir. Et ils sont nombreux à avoir fait le déplacement de toute la Grande Terre, mais aussi des Îles, pour bâtir cet avenir.

« L’Église a un rôle à jouer, surtout là où les autorités et les collectivités échouent. »

Dès jeudi, chaque délégation s’est vu attribuer une couleur pour permettre la rencontre, le thème du premier jour. Maré en jaune, pour symboliser le soleil, Lifou en vert, pour la nature, Ouvéa en bleu, pour le lagon, et la Grande Terre en rouge, couleur de la terre. Tout le monde, ainsi identifié, a pu échanger et se remémorer le passé, notamment la crise de la mission protestante de 1958, à travers des expositions et des films. Le deuxième jour, vendredi, était placé sous le signe de la reconnaissance et des transferts de compétence dans l’enseignement privé.

Samedi, l’accent a été mis sur le devenir de l’Église protestante en Calédonie. La parole a été longuement donnée aux jeunes sous forme de pièces de théâtre et de créations artistiques. « Leurs spectacles étaient poignants. Les jeunes ont beaucoup de choses à dire quand on leur laisse la parole. Je suis persuadé que l’Église a un rôle à jouer, surtout là où les autorités et les collectivités échouent », explique Jean-Paul Helloa, le secrétaire du comité cinquantenaire.


Hier, dernier jour, un repas communautaire a été partagé par tous les participants et, pour lancer le grand départ vers le centenaire, c’est un jeune de 10 ans, Tyron Nunewaï, créateur du logo du cinquantenaire, qui s’en est fait symboliquement remettre le drapeau.
Ces quatre jours de fêtes et de réflexion auront permis de resserrer les liens et d’ouvrir l’esprit des participants sur la place que doit prendre l’Église évangélique protestante dans les années à venir.


Ludovic Lafon



29/07/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres