Après Blog Service

Après Blog Service

Les îles Loyauté veulent stopper l’exode

Ven 01 Oct 2010 |20:00


Amélioration du niveau scolaire, aides plus ciblées aux étudiants, recherche d’un développement durable et amélioration du logement. La plupart des orientations budgétaires à venir dans les prochaines années sont guidées par un souci : maintenir les Loyaltiens aux Loyauté.

Comme dans le Sud, comme dans le Nord et comme la Nouvelle-Calédonie au Congrès, la province des Îles s’est livrée à l’exercice du débat d’orientation budgétaire. Et pas seulement dans la perspective de l’année 2011. À Wé, la priorité n’est plus de redresser les finances. C’est chose faite depuis l’accès à la présidence de Neko Hnepeune en 2004. Il s’agit de raisonner sur une durée de cinq ans, celle des nouveaux contrats de développement. Et de mettre en avant une priorité que l’on retrouvera peu ou prou dans toutes les décisions à venir : faire en sorte de stopper l’exode des populations vers le Sud, et désormais vers le Nord devenu attractif avec sa future usine.
Le débat a d’abord consisté en une analyse détaillée des capacités d’autofinancement, lesquelles sont réduites sur le papier par les sommes absorbées par le fonds de développement des collectivités. Sur le papier, car ce fonds viendra sans doute abonder certains projets.
Le premier axe de la politique budgétaire aux Îles dans les prochaines années sera d’inciter à la création de richesses et d’activités économiques pour maintenir les populations sur place. Créer des richesses, c’est aussi préserver celles existantes. L’eau douce à Lifou (menacée notamment par les engrais) ou le sable à Ouvéa, trop fortement ponctionné ces dernières années pour la construction.

Créer des richesses, c’est aussi préserver celles existantes.

Deuxième axe à retenir, le maintien d’une politique volontariste d’habitat social et d’amélioration de l’habitat en tribu, secteur qui soutient fortement l’artisanat local.
En matière d’enseignement, il y a bien sûr une volonté générale de rehausser le niveau, tant dans le primaire que dans le secondaire. Mais la province souhaite aussi affiner sa politique de bourse aux étudiants. Il s’agit même d’instituer une sorte de traçabilité des Îliens qui mènent des études supérieures. Avec le souci de mettre en adéquation les aides et les besoins des Îles. Certaines filières (agronomie, aquaculture) seront sans doute plus aidées que d’autres, dont le « retour sur investissement » au bénéfice des Loyauté est plus aléatoire. Pas question pour autant de pousser la logique jusqu’à ne financer que les formations directement valorisables aux Îles. Un étudiant désireux et capable de devenir ingénieur des mines ne sera pas laissé de côté. Même s’il a de grandes chances d’aller ensuite travailler sur la Grande Terre.
Enfin, ici plus qu’ailleurs, on se préoccupe d’énergies renouvelables et d’encourager les projets capables de réduire la dépendance au pétrole. Car la production électrique au fioul coûte cher. C’est le problème des petites centrales.
Quant au tourisme, il fait partie d’une préoccupation prudente des élus. Le développer, oui. Mais de là à s’orienter vers un très haut de gamme, qui créerait des sortes de « ghettos dorés » en terres coutumières, ils préfèrent y regarder à deux fois.

Ph. F.



20/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres