Après Blog Service

Après Blog Service

Les savoirs kanak bientôt « brevetés »

Jeudi dernier, le gouvernement a examiné le premier jet d’un projet de loi qui invente le concept de droits intellectuels autochtones, taillé sur mesure pour défendre et valoriser les savoirs coutumiers kanak. Lorsque cette loi du pays aura abouti, la Nouvelle-Calédonie sera à l’avant-garde de la protection des savoirs traditionnels.

 

11

C’est le nombre de membres qui composeraient la Haute autorité indépendante de protection des savoirs traditionnels. Chaque président de province en nommerait trois, soit neuf membres, qui éliront ensuite leur président. S’ajouteraient deux magistrats : l’un nommé par le premier président de la cour d’appel, l’autre par le premier président du tribunal administratif. Ces 11 membres seraient nommés pour six ans afin de leur garantir leur indépendance par rapport au pouvoir politique. La Haute autorité travaillerait en lien avec le Conseil des aires coutumières.

 

Ce qui se trame ici n’a quasiment pas d’équivalent dans le monde ; seule l’Amérique latine, et notamment le Pérou, a tenté l’expérience. Il s’agit de tailler sur mesure un système juridique protégeant les savoirs kanak, dans le respect de l’esprit et des valeurs de la coutume. Des savoirs, artistiques, culturels et biologiques, qui se transmettent oralement de génération en génération et que d’autres s’approprient pour en tirer seuls les bénéfices.
Jeudi dernier, Régis Lafargue, conseiller à la Cour de cassation, a présenté un avant-projet de loi du pays devant le gouvernement réuni en collégialité. D’emblée, le magistrat prévient les inquiétudes : « Ce projet de loi ne cherche pas à écrire le droit coutumier, simplement à élaborer une procédure et donner un cadre [juridique] permettant l’expression de la coutume. »
« C’est un travail lancé il y a plusieurs mois, à la demande de la province Nord », poursuit Déwé Gorodey, membre du gouvernement en charge de la culture, de la condition féminine et de la citoyenneté. Pour élaborer ce premier jet, un comité de pilotage, présidé par Emmanuel Tjibaou, a été créé début août : « L’idée, c’était de partir de la pratique, des questions soulevées par nos vieux, par nos clans », explique-t-il, fort du travail d’enquête et de conservation du patrimoine mené au sein de l’ADCK (*).
Pas question d’appliquer ici la notion de propriété intellectuelle du Code civil français pour protéger la culture traditionnelle kanak. D’abord parce que « ces savoirs ne sont pas la création d’individus, mais sont hérités des générations antérieures », précise Régis Lafargue. Ensuite parce que « la Nouvelle-Calédonie a, de toute façon, compétence en droit coutumier et pas en droit civil ».

Là, c’est comme si la coutume n’avait pas de visage.

La solution passe alors par l’invention du concept de droits intellectuels autochtones, complètement modelé sur la situation calédonienne. « Chaque génération présente est le dépositaire et le gardien de ce patrimoine collectif autochtone inaliénable », pose le conseiller à la Cour de cassation. La loi du pays reconnaîtra que ces savoirs appartiennent au peuple autochtone, que celui-ci en a les droits intellectuels, et créera un régime « d’accès et de partage des avantages » commun aux trois provinces.
Et pour que cela ne reste pas un vœu pieux, l’idée est de créer une Haute autorité indépendante calédonienne auprès de laquelle les clans pourront enregistrer leurs savoirs sur un fichier de la propriété intellectuelle traditionnelle (lire en repères). Lorsqu’une demande de brevet extérieur sera déposée, par exemple, sur une plante pour ses vertus thérapeutiques, la Haute autorité pourra comparer avec le fichier du patrimoine kanak et refuser si le savoir appartient déjà à un clan.Car, il ne faut pas se leurrer, « les chercheurs ne se hasardent guère à chercher une application sur telle ou telle plante, sans avoir déjà pris connaissance auprès de la population de ses vertus », fait remarquer Régis Lafargue. La future loi du pays aura pour but de rétablir l’équité.
En dehors du travail législatif restant à mener sur ce texte, reste à savoir si ceux qui détiennent les savoirs auront envie de les enregistrer, même auprès d’une autorité indépendante. « Cela passera par une relation de confiance, répond Emmanuel Tjibaou. L’ADCK a déjà commencé ce travail auprès des coutumiers, avec le recueil de données. Il faudra faire de l’information sur cette structure. Ce projet est très important, car, là, c’est comme si la coutume n’avait pas de visage. »

Bérengère Nauleau

(*) ADCK : Agence de développement de la culture kanak.

 

A Lifou, « chaque famille a ses remèdes »

A 77 ans, Cipane Streter de Qanono connaît des plantes qui soulagent et aident à la guérison de certaines maladies. « Chaque famille a ses remèdes. Et ne les divulgue pas aux autres familles », prévient-elle d’emblée.
« Ce sont nos arrière-grands-mères qui nous ont transmis tout cela. Quand quelqu’un est malade dans une famille, je me déplace et vais soigner le malade. On m’appelle aussi lors des accouchements, quand un bébé est mal placé. Grâce à un médicament que la femme enceinte mâche et grâce à un massage du ventre, je remets le bébé dans la bonne position pour un accouchement normal. »
Cipane Streter connaît les vertus de chaque plante et les montre une à une, dans son jardin. Comme cette liane, appelée « hmitre » en drehu, qui combat la jaunisse et aide les personnes anémiées à retrouver la forme, selon Cipane Streter. « C’est une plante que l’on fait bouillir et, après infusion, on en boit le jus. » Elle effleure ensuite les feuilles de Thépë « que l’on infuse à froid dans un bol, accompagnées de feuilles d’hibiscus de toutes sortes, cela permet de nettoyer l’intestin ». Cipane Streter a, gravés dans sa mémoire, nombre de remèdes traditionnels. Elle évoque encore « les feuilles de papaye mâle de couleur jaune, ces papayers qui ne portent pas de fruits. Il faut les faire bouillir et infuser, boire cette infusion tiède, cela nettoie le foie et active la circulation sanguine. » Son savoir est précieux. Et si Cipane Streter sait l’utiliser, c’est qu’elle en a fait l’apprentissage en famille, dans les règles de la transmission traditionnelle.

 

 

Repères

Un fonds en faveur des générations futures
Un fonds en faveur des générations futures serait créé pour recueillir les sommes versées au titre du partage des avantages ou de l’autorisation d’usages des savoirs traditionnels. Ces sommes, gérées par la Haute autorité, seraient « utilisées en faveur de la culture kanak, du développement durable et des générations futures ».

Des savoirs classés secret
L’avant-projet de loi prévoit un fichier de la propriété intellectuelle traditionnelle qui regrouperait les déclarations émanant de titulaires de savoirs traditionnels. Ces derniers pourront décider de s’enregistrer dans la section des savoirs soumis au secret, interdisant tout commerce juridique, ou dans la section des savoirs traditionnels publics. Celle-ci regroupera les savoirs ouverts à la valorisation, sur autorisation, et ceux qui font déjà l’objet d’une mise en valeur.

 


15/09/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres