Après Blog Service

Après Blog Service

Présidentielle : les jeunes dans la «fabrique citoyenne»

Animafac
Liberation.fr. Par CHARLOTTE ROTMAN, le 13/03/2012.

 

A lire demain dans «Libération», en kiosque et sur Libération.fr, six pages d'enquêtes et de reportages sur les jeunes et la politique...


On les dit désabusés, indifférents, apolitiques. Et les voilà volontaires et enthousiastes dans un exercice de démocratie participative. Ils ont planché durant trois week-ends. Ils étaient quarante, âgés de 16 à 30 ans. Tous engagés dans «la fabrique citoyenne.» Une expérience originale organisée par Animafac, un réseau de 12000 associations étudiantes pour «faire entendre la voix des jeunes».

«Supprimer les notes à l'école primaire, plafonner les dividendes versés aux actionnaires, élire les commissaires européens au suffrage direct sur des listes transnationales...», voilà quelques-unes des propositions tirées de leur laboratoire. Shirley et Karim ont participé à ce «panel» et seront le 17 mars à la Grande Halle de la Villette face aux candidats à la présidentielle.

Shirley, 24 ans, en DUT de techniques de commercialisation à Valenciennes

«Je ne m'intéressais pas à la politique, avant. Ce n'est pas quelque chose qui me passionnait. En fait, je ne me sentais pas du tout concernée. J'ai déjà voté, mais je n'allais pas regarder exprès une émission politique. Ma mère essayait souvent d'en parler avec moi, mais je n'accrochais pas. Avec mes amis, on ne parle pas du tout de ça.

«Animafac m'a payé les transports et l'hébergement pour que je puisse participer aux week-ends de la fabrique citoyenne. Le premier jour, on était les qurante ensemble. On a dû expliquer dans quelle société on voulait vivre. Chacun a pris la parole, ça a fait du débat. Moi, j'ai parlé d'écologie. Tout le monde parle de la crise, mais pas beaucoup de la planète. Il y a d'autres façon de faire de l'essence, on ne développe pas assez le recyclable. On ne parle pas assez du nucléaire. Moi, je suis sensible à ça, j'ai été éduquée comme ça.

«Ensuite on a été tirés au sort: j'ai été dans le groupe «Education». On devait dire ce qui allait ce qui n'allait pas et trouver des solutions. De 9 heures à 18 heures, on ne discutait que de ça, on réagissait aux écrits des autres. L'éducation ça nous concerne, moi je suis encore dans le système, mais ce n'est pas facile de faire les bonnes propositions. Nous, on a tout refait dans l'école, c'est peut-être un peu Bisounours. Et puis c'est un travail de groupe. On s'écoutait.

«Après il fallait présenter les propositions et les mettre au vote. Moi j'ai dû présenter une proposition avec laquelle je n'étais pas d'accord, qui disait les élèves devraient choisir eux-même les coefficients des matières. Je pense que ce n'est pas bien, parce que ça ne donnera pas envie de progresser là où on est moins bon. On a mis au vote les propositions. J'en défendais une qui n'est pas passée: celle d'avoir une alimentation plus saine à l'école.

«Maintenant, je me dis que la politique, ce n'est pas si nul. Ça nous concerne, même si on sent qu'on ne peut pas faire grand-chose à part le vote. A Animafac, on voulait tous améliorer la situation, mais on n'était pas d'accord sur la démarche. Maintenant quand je vois un politique à la télé, je ne change pas de chaîne.

«J'ai compris ce que c'était la droite et la gauche, avant ce n'était pas très clair. Moi, je suis pour prendre des idées un peu partout. Par exemple, je ne suis pas pour l'extrême droite mais j'aime bien ce que dit Marine le Pen sur une autre agriculture, par exemple... Mais je ne suis pas d'accord avec elle sur d'autres idées. Je ne sais pas pour qui je vais voter. En 2007, j'avais voté Sarkozy. Je ne suis pas du tout décidée. Déjà, je vais voir comment les candidats vont nous répondre, à la Villette. Est ce qu'ils vont venir pour nous écouter? Ou pour écraser nos propositions?»

Karim, 19 ans, étudiant en première année de droit à Strasbourg

«Je ne sais pas encore pour qui je vais voter. J'aime bien celui, je n'arrive pas bien à retenir son nom, Manchelon... Mélenchon. Il parle bien, après c'est peut-être seulement un baratineur, mais c'est un bon baratineur. C'est lui qui m'a plu. Il veut augmenter le Smic à 1700 euros. C'est bien. Comment il va sortir, l'argent, je ne sais pas. Mais au moins on ne pourra plus parler du pouvoir d'achat faible. Ma mère était femme au foyer, mon père retraité du bâtiment, j'ai deux sœurs. En 2007, je n'ai rien suivi. J'ai juste su que Sarkozy était élu. Son élection n'a rien changé dans ma vie.

«Animafac? Je m'y suis retrouvé par hasard. Je suis de Schiltigheim. Un ami qui travaille à la mairie m'a proposé de participer à un projet citoyen et d'aller à Paris. Je n'étais jamais allé à Paris, et cela m'intéressait. Le projet m'a plu. J'ai dit d'accord, j'ai eu un entretien, et j'ai été retenu. J'ai fait un bac ES, je suis inscrit en droit, il faut que je suive les nouvelles lois pour mes études. Mais, c'est vrai, j'avais un peu baissé les bras.

«On nous a demandé dans quelle société on voudrait vivre. On a tous dit pareil: une socité plus sécurisée, moins pauvre en pouvoir d'achat, avec plus de tolérance et moins de racisme. Moi, je n'ai pas été touché par le racisme. Mais je suis touché par les prix. Je suis à l'âge où je me débrouille un peu tout seul, je suis boursier.

«Avec Animafac, j'étais dans le groupe «Economie». J'ai appris et compris plein de choses. Par exemple, je me demandais: «Mais d'où vient cette dette?» Je me demandais pourquoi elle était si lourde.

«Les candidats? Je les regarde quand ils passent sur TF1. J'ai surtout vu à la télé Mélenchon et Le Pen.  Elle dit n'importe quoi, elle a raté son speech, et quand elle parle du halal, et tout ça, je ne vois pas où elle veut en venir. Ce soir, je regarderai Sarkozy à TF1. C'est vrai que ce n'est pas toujours évident de s'y retrouver entre les propositions, souvent elles se ressemblent, je trouve. Je connais beaucoup de jeunes autour de moi qui s'abstiennent. Ensemble, on ne parle pas politique et si je les écoute trop, j'ai peur de m'embrouiller.»



13/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres