Après Blog Service

Après Blog Service

«Les jeunes ont perdu le goût de la politique»

Libération.Fr, 15/04/2011 à 20h34, Brice Lahaye, étudiant à Sciences Po Rennes

 

 

Seulement 1 à 3% des jeunes Français seraient adhérents aux partis politiques. Un taux très faible qui nous amène à nous demander: pourquoi les Français s’impliquent-ils si peu dans la vie politique? C’est à cette question qu’ont essayé de répondre Rama Yade, ambassadrice de la France à l’UNESCO et Najat Vallaud-Belkacem, secrétaire national au PS, lors de la conférence « Conscience Politique et modes d’actions chez les jeunes » du vendredi 15 avril au TNB. Les avis sur le sujet divergent. « J’ai le sentiment que les jeunes ne sont ni plus, ni moins politisés. À leurs yeux, la participation électorale n’est plus la norme unique d’expression politique » explique Najat Vallaud-Belkacem. Le tissu associatif répondrait mieux à leurs attentes. Loin d’être du même avis, l’ancienne Secrétaire d’État des Affaires étrangères et des Droits de l’homme s’est attardée sur les souffrances des jeunes, pour qui le vote semble être le cadet de leurs soucis. « On ne parle pas de la jeunesse silencieuse, c’est à dire la majorité, qui ne manifeste pas, qui ne brûle pas les voitures ». Et d’ajouter « C’est la jeunesse qui travaille, qui peine à entrer sur le marché. Une jeunesse qui n’est pas au JT de TF1 et qui, même si elle a une conscience politique, à d’autres problèmes à gérer ».

De leur côté, les spectateurs n’ont pas manqué d’interpeller les participantes sur leurs déclarations. « La solution n’est-elle pas de changer la peur qui réside chez les politiques, l’idée que la jeunesse est-une menace? » s’inquiète un jeune militant. « Ce n’est pas une question de peur mais une indifférence de la part de beaucoup d’hommes et femmes politiques » lui répond l’élue socialiste. Les Rennais, plein de bonnes idées, n’ont pas non plus hésité à proposer leurs solutions. Reprise par plusieurs participants, la possibilité d’instaurer un tirage au sort de nos députés a été saluée par les intervenantes. « Il ne faut rien s’interdire » précise Vallaud-Belkacem. Pour terminer sur une note positive, les deux invitées se sont accordées sur le pouvoir de cette jeunesse. « C’est une génération qui a été expulsée de la politique mais qui a su renouer avec le politique par d’autres moyens » insiste Rama Yade. « La société de demain sera une démocratie participative, transparente et dématérialisée grâce aux nouvelles technologies » conclue Najat Vallaud-Belkacem.



15/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres