Après Blog Service

Après Blog Service

Facebook revoit ses règles de gestion de la vie privée

25/08 | 07:00 | Nicolas Rauline, Les Echos

Sous la pression de Google+, le nouveau réseau social de son concurrent, Facebook a procédé à une large revue de ses paramètres de confidentialité. Il sera désormais plus simple pour les utilisateurs de déterminer qui verra leurs informations.

Cette fois, Facebook semble avoir pris le problème de la vie privée à bras-le-corps. Deux mois après le lancement de Google+, qui a fait du thème son cheval de bataille, le réseau social aux 750 millions de membres a annoncé plusieurs modifications visant à renforcer le contrôle par les utilisateurs de leurs propres données personnelles. Parmi les nouvelles options : la possibilité de bloquer par défaut l'identification dans une photo publiée par une autre personne ou encore la possibilité de ne rendre visibles une photo ou une publication qu'à un groupe de personnes. Une personne identifiée dans une photo pourra aussi la bloquer de son profil, ou encore demander à l'auteur de cette photo de supprimer le contenu. Facebook a surtout simplifié la gestion de ces paramètres de confidentialité. Auparavant relégués dans un menu et nécessitant plusieurs clics pour les modifier, ils seront désormais visibles pour chaque nouvelle publication. « Nous avons fait en sorte de rendre les options plus simples et plus visuelles », a expliqué le responsable produit, Chris Cox, sur le blog officiel de la société.

Autre modification importante : la possibilité d'associer un lieu à n'importe quel contenu publié (statut, photo, billet, etc.). Le service de géolocalisation Places n'existe donc plus en tant que tel, mais il est étendu à tous les contenus. Ce qui pourrait bien démultiplier son efficacité, d'autant qu'il sera désormais possible de se géolocaliser depuis un ordinateur, et non plus seulement depuis un mobile. Toutes ces modifications seront mises en place dans les prochains jours.

Marquage de près

Selon Facebook, tous ces changements étaient réclamés par les utilisateurs. Sauf que certaines options étaient demandées depuis plusieurs mois, voire plusieurs années... En réalité, il s'agit surtout de répondre au défi de Google+, qui est allé un cran plus loin dans la gestion des informations personnelles. Dès son lancement il y a deux mois, le réseau social de Google en avait fait son principal argument, permettant de séparer les contenus publiés selon des « cercles » (amis, travail, famille, etc.). Il savait pertinemment qu'il s'agissait là du talon d'Achille de Facebook.

Mais les deux concurrents se marquent de près sur tous les fronts. Il y a deux semaines, c'est Google+ qui avait annoncé reprendre les recettes de Facebook, en lançant une offre de jeux sociaux accessibles depuis sa plate-forme. Reste que, sur le sujet de la vie privée, Facebook demeure l'objet de critiques. Récemment, le réseau social a annoncé utiliser la reconnaissance faciale pour identifier plus facilement les personnes sur une photo. En début de semaine, c'est l'Etat du Schleswig-Holstein, en Allemagne, qui a interdit à ses administrations d'utiliser le bouton « like » (« j'aime » ), car il permettait de constituer des listes des personnes étant fans de ces pages, ce qui serait contraire à la loi allemande.

N. RA., Les Echos


25/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres