Après Blog Service

Après Blog Service

La zone artisanale de Baco sort de terre coutumière


 
Depuis quelques semaines, les travaux autour du futur centre de contrôle technique de la zone artisanale de Baco vont bon train, faisant disparaître tout doute quant à la réalisation de cet équipement sur foncier coutumier. L’installation des sociétés privées devrait intervenir dans les prochaines semaines.

Les dates d’installation de la zone artisanale de Baco, avancées depuis plus d’un an, ont été modifiées assez souvent pour laisser planer le doute quant à son avenir. Pourtant, l’enjeu est de taille puisqu’elle est l’un des premiers projets d’envergure sur VKP à voir le jour sur foncier coutumier.
Mais depuis quelques semaines, les mauvaises langues peuvent se taire, la zone artisanale de Baco sort de terre. Les bâtiments du futur centre de contrôle technique et du centre d’examen du permis de conduire sont en cours de réalisation. La DITTT, par la signature d’une convention avec la SCI centre de contrôle technique de Baco, à qui elle louera les bâtiments, était l’élément porteur de ce projet sur terre coutumière.
En tant que service public, elle avait reçu la confiance des banques et était à même d’encourager les initiatives privées. Constater l’avancée des travaux est donc rassurant pour l’ensemble du projet. La livraison, sauf intempéries, est prévue pour juin 2011 et la mise en service pour août.
Pour ceux qui ne veulent toujours pas y croire, les prochaines semaines devraient leur montrer que les terres coutumières ne sont pas un frein au développement, bien au contraire. « C’est un bel outil, assure Stéphanie Bertoni, chargé de mission à la SAEML VKP, la volonté de s’installer est bien là. »
Pour preuve, toutes les sociétés qui se sont positionnées payent leur loyer, chaque mois, depuis mai dernier. Une volonté que confirme Fabrice Levêque, à la tête d’une société de transport de marchandises. « On va commencer par réaliser nos bureaux dans les prochaines semaines », assure-t-il.
« Dès l’instant où le dossier sera prêt, je lancerai les travaux », ajoute Daniel Dupa qui pense démarrer son activité de réparation et de vulcanisation de pneu à la fin du premier trimestre 2011.

On va commencer par réaliser nos bureaux dans les prochaines semaines.

Alors pourquoi tant de temps pour voir apparaître les premiers docks, les premiers bureaux, alors que « la zone est bien placée et que c’est intéressant en termes de coûts, avec des loyers entre 1 800 francs et 2 500 francs l’are », précise Stéphanie Bertoni.
Fabrice Levêque, comme ces confrères, aurait voulu prendre position plus rapidement, mais « il y a eu des problèmes avec l’électricité et le téléphone qui n’étaient toujours pas installés ».
De plus, et parce que la SAEML VKP veut absolument voir ce projet sur foncier coutumier aboutir et perdurer, toutes les précautions sont prises pour que les entreprises qui viendront aient un projet qui tienne la route.
Si environ un tiers des sociétés ont été choisies pour leur bonne santé financière, huit autres ont reçu une aide publique et sont suivies de près par la SAEML pour le montage de leur projet. Ce qui a pris pas mal de temps et explique en partie le retard de l’installation. « C’est beaucoup de travail, les gérants ne sont pas toujours disponibles. Mais aujourd’hui, la plupart en sont à la négociation de leur emprunt. » Ce que confirme Daniel Dupa : « On doit finaliser le financement cette semaine avec la SAEML VKP ».
Enfin, cette installation sur la ZA Baco, au moins pour ces huit sociétés, est rendue aujourd’hui obligatoire. La subvention accordée par la province Nord sous-entendait un début des travaux au plus tard en janvier prochain. « Les sociétés devront les avoir achevés en mai 2011 », précise Stéphanie Bertoni.
Ainsi, la ZA Baco va voir le jour et le développement sur terre coutumière cessera de n’être qu’un vœu pieu.

Marjorie Bernard

 

 

Naissance des ateliers relais

À la fin du mois, les travaux de réalisation des ateliers relais devraient débuter, selon la SAEML VKP. « Ils seront disponibles au premier semestre 2011 », précise Stéphanie Bertoni.
La gestion de ces dix futurs docks d’une centaine de mètres carrés a été confiée à la SCI atelier de Baco, composée des quatre GDPL (groupement de droit particulier) du district du même nom. « Cette SCI est en cours de constitution », note la chargée de mission.
De petits artisans de la province Nord seront placés en priorité. Avec un loyer de 130 00 francs par mois, « on veut en faire bénéficier ceux qui en ont besoin », poursuit Stéphanie Bertoni.
Dans la foulée, une deuxième tranche, d’une dizaine de docks également, sera lancée. Ainsi, une vingtaine de petits artisans vont pouvoir développer leur activité sans se préoccuper d’acquérir un foncier toujours très cher sur la zone VKP, et qui plomberait rapidement leur projet.



10/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres