Après Blog Service

Après Blog Service

Un meeting pour défendre un drapeau calédonien


NC_site_drapeau_unique_NB_copie
Né sur internet, le « collectif pour un drapeau commun calédonien » va se réunir mercredi en meeting et lancera un concours d’initiative citoyenne pour la création d’un drapeau véritablement calédonien « dans lequel chacun pourra se reconnaître ».

 

Ils sont environ 2 600 à s’être déjà manifestés sur le site créé sur Facebook contre la proposition Frogier du drapeau FLNKS aux côtés du drapeau français, et pour la création d’un drapeau calédonien. Le collectif, qui s’est constitué autour d’Internet et ses réseaux sociaux, va tenir un meeting, mercredi prochain, le 25 août, de 18 à 20 heures, salle Venezzia à l’hôtel Park Royal, à Nouméa.
Cette cyber-génération spontanée, constituée principalement de jeunes, a l’intention de lancer un concours citoyen pour la création d’un drapeau commun. « Nous allons faire ce qu’auraient dû faire les dirigeants politiques du pays conformément à l’accord de Nouméa », assène Stéphane Henocque, un des piliers du collectif pour un drapeau commun calédonien.

Les Calédoniens ont été dépossédés d’une décision très importante.

« Nous nous sommes regroupés à partir des réseaux sociaux du Net. Nous nous sommes aperçus que nous étions nombreux à considérer que la démarche initiée par Pierre Frogier, et relayée par Rock Wamytan et Charles Pidjot, était non démocratique, non conforme à l’accord de Nouméa, et susceptible d’aiguiser les divisions. Pendant des années, Pierre Frogier et les responsables de son parti ont tout fait pour freiner la mise en place des signes identitaires. Et les voilà aujourd’hui qui hissent le drapeau indépendantiste pour empêcher précisément la création d’un drapeau calédonien, seul susceptible de représenter toute la diversité du pays. »
Pour Stéphane Henocque, dans cette affaire, les Calédoniens ont « été dépossédés d’une décision très importante. Il aurait fallu des consultations publiques, des concours d’artistes comme pour les autres signes ».
« Contrairement à ce que croient ces gens-là, l’accord de Nouméa n’appartient pas aux seuls signataires. Il a été approuvé par 72 % des Calédoniens qui se le sont approprié. Il faut en finir avec la volonté de mainmise absolue des signataires historiques. La Calédonie a changé, ils devraient faire la place aux jeunes. »
Un discours qui ressemble fort à celui de Calédonie ensemble ? Un des membres du collectif est intervenu à la tribune du dernier congrès du parti de Philippe Gomès. Alors, téléguidage ? « Non ! » assure Stéphane Henocque. « Nous sommes apolitiques. Il y a des pro et des anti-Gomès dans notre collectif. Nous sommes nombreux à considérer que Calédonie ensemble a adopté cette attitude parce que c’est un parti qui ne comporte pas de signataire historique. Nous sommes aussi nombreux à avoir trouvé ridicule la présentation d’un drapeau improvisé sur RFO. Une telle démarche ne correspond pas du tout à notre souci de rendre la parole aux citoyens dans cette affaire. »
Stéphane Henocque rappelle aussi que de nombreux indépendantistes, dont Paul Néaoutyine et Nidoish Naisseline, ont été gênés aux entournures par l’initiative Frogier.

Ph.F.



22/08/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres