Après Blog Service

Après Blog Service

Front syndical contre la vie chère

Six des sept syndicats représentatifs des salariés demandent à l’Etat de mener une médiation auprès des pouvoirs locaux pour qu’une vraie concurrence s’instaure dans la distribution. Sinon, ils passeront à l’action début 2011.

 

 

96

C’est en pourcentage, selon l’UFC-Que Choisir, la différence de prix des principaux produits alimentaires entre la Calédonie et la Métropole. Bref, on est quasiment au double. Dans les grandes surfaces, selon l’Isee, les prix ont augmenté de 5 % en un an. Plus vite que l’inflation générale, en rognant en grande partie l’augmentation des bas salaires.

 


« Ça fait quatre ans que nous interpellons le gouvernement, la province Sud et les différents pouvoirs publics sur la vie chère. Ça fait quatre ans que tout le monde promet, mais rien ne se passe et tout s’aggrave. Alors cette fois, nous interpellons l’Etat pour qu’il mène une médiation. Après tout, c’est lui le garant de la paix sociale. »
Lorsqu’il prononce ces mots, Didier Guénant-Jeanson, patron de l’Usoenc, est entouré de Force ouvrière, de la Fédération des fonctionnaires, de l’USTKE, de l’UT-CFE-CGC et de la Cogetra. Six des sept syndicats de salariés reconnus comme représentatifs sont à la même table pour lancer un nouveau, et peut-être un dernier cri d’alarme. Seule manque à l’appel la CSTNC.
Cette union sacrée est une première qui montre la préoccupation générale du mouvement social.

Concurrence.
Ce que les six syndicats réclament avant tout, c’est l’organisation d’une véritable concurrence dans la grande distribution. « Actuellement, il y a deux gros opérateurs qui se partagent plus de 60 % du marché. Les études menées par différents organismes, dont l’Etat, à la suite des crises aux Antilles et à la Réunion, montrent que l’apparition d’un troisième opérateur de poids pourrait ranimer la concurrence et aboutir à une baisse des prix allant jusqu’à 30 %. »
Ce que les syndicats réclament, c’est la création rapide d’un troisième hypermarché dans le Grand Nouméa. Mais pas celui du groupe Lavoix à Dumbéa (déjà propriétaire de Géant à Nouméa, NDLR). Ni un projet de l’autre opérateur en position dominante (le groupe Carrefour). « Ça ne ferait qu’aggraver les choses et freiner la concurrence. Les Calédoniens seraient encore les dindons de la farce. »

Ça fait quatre ans que tout le monde promet, mais rien ne se passe.

Ce qu’ils veulent, c’est un troisième hypermarché, exploité par un autre opérateur. « N’importe lequel, du moment que ce ne soit pas ces deux-là. Nous ne défendons la cause de personne. Et assurément pas celle des opérateurs quels qu’ils soient. Nous nous battons pour l’instauration d’une vraie concurrence. »

 Courriers.
Le 25 octobre dernier, les syndicats ont envoyé deux lettres d’alerte. L’une à Pierre Frogier, président de la province Sud, l’autre à Jean Lèques, maire de Nouméa. Chacune des lettres s’appuie sur les recommandations de l’autorité de la concurrence qui, après étude dans les DOM, insiste sur la nécessité de favoriser l’arrivée de nouveaux opérateurs dans la distribution.
Dans la lettre adressée à Jean Lèques, les six syndicats déplorent que la commune de Nouméa ait fait entrave au projet de l’Anse Uaré (Hyper U) en modifiant son plan d’urbanisme après que la province Sud a donné son feu vert. « Les pratiques tendant à interdire ou freiner l’implantation de nouveaux acteurs sur ce secteur sont condamnées de manière très ferme par l’autorité de la concurrence. »
Dans celle adressée à Pierre Frogier, les syndicats lui demandent d’agir avec son autorité auprès de la mairie (l’urbanisme est une compétence croisée, NDLR) afin qu’elle change de position. A ce jour, affirment les syndicats, aucune réponse ne leur a été adressée.

Yanno. Et l’intersyndicale de s’interroger sur les propos de Gaël Yanno député et les actes de Gaël Yanno premier adjoint à la mairie. En avril 2009, à l’Assemblée nationale, il s’est inquiété des « distorsions majeures de concurrence » que subissent plusieurs secteurs d’activité en outre-mer « du fait du poids et de l’influence de quelques grandes entreprises dominantes qui pratiquent des prix non conformes à l’optimum du marché ». Mais depuis, la mairie n’a pas franchement mis de l’huile dans les rouages.

Philippe Frédière

 

Que peut faire l’Etat?

En Calédonie, l’Etat n’est pas compétent en matière de concurrence, de réglementation économique ou de contrôle des prix. Alors, pourquoi solliciter sa médiation? « Parce qu’il est compétent dans ces matières dans les DOM », répondent les syndicats. « Et après les grandes crises sociales qui ont secoué les Antilles et la Réunion, il a acquis une réelle expertise, via l’autorité de la concurrence, sur les maux dont souffrent les systèmes de distribution ultramarins. Nos situations sont différentes, mais nous avons un point commun : l’économie de comptoir ! » assène Didier Guénant.
Ensuite l’Etat est le garant du maintien de l’ordre public et de la paix sociale. A ce titre, il ne peut pas se désintéresser de ce qui pourrait mettre en péril l’un ou l’autre. C’est la raison pour laquelle on a souvent vu le précédent haut-commissaire proposer sa médiation dans certains conflits. Et dire au moment de son départ qu’en dépit des progrès faits par la Calédonie, l’aggravation des inégalités sociales était un de ses principaux sujets de préoccupation.

 

 

 

Repères

Pas d’ultimatum
L’intersyndicale se refuse à fixer un ultimatum, mais prévient. « Si rien n’a évolué en janvier 2011, nous réagirons fortement. » De quelle manière ? « Laissez-nous le temps de la réflexion. »

Eviter l’explosion
Seule certitude, les syndicats engagés ne veulent pas voir la Calédonie basculer dans une situation à la guadeloupéenne. « Là-bas, les mois de conflit, de violences et de blocages ont laissé de profondes cicatrices. Beaucoup de gens se sont appauvris ou ont perdu leur emploi. Nous défendons l’intérêt du monde du travail. C’est pourquoi nous cherchons précisément à éviter une explosion. »

 

 



28/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres